Ni meilleurs, ni pires, bien au contraire

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas un motorisé qui m’a bien énervé ce soir, entre l’hôpital et la ville de Sion. Mais bien un cycliste. Sans éclairage ni à l’avant, ni à l’arrière, sans catadioptre, au téléphone, adepte du slalom entre autos et de coupes sur le trottoir à 30 km/h. Bref, tout ce que l’on nous reproche à longueur d’année, une caricature vivante de « oui mais les cyclistes vous faites n’importe quoi« .

Lire la suite…

A vélo en papotant

[Chronique publiée par Caroline Faiss dans Le Nouvelliste du 6 juillet 2019Photo de David Marcu sur Unsplash]

C’est une image en noir et blanc des années d’après-guerre. Trois femmes circulent à vélo sur une route de campagne. Peut-être pour aller travailler leur « portion », peut-être en route pour les « commissions » ou simplement sur le chemin de la maison. Elles pédalent et papotent chemin faisant. Déjà, le vélo était économique, efficace et convivial.

Lire la suite…

Si, les « e-clistes » sont bien des cyclistes

(Photo: attention, ceci n’est peut-être pas une cycliste…) Les utilisateurs de vélos électriques, les « e-clistes » sont-ils des cyclistes? On peut poser la question autrement: se faire assister par un moteur électrique vous prive-t-il du statut de cycliste, comme le fait d’utiliser les remontées mécanique vous prive du statut de skieur? Ah, non, suis-je bête? Sur la neige, c’est l’inverse. L’assistance fait de vous un skieur (un sportif donc) tandis que si vous n’y avez pas recours, vous devenez un randonneur à ski (un gars qui se balade peinard donc, sauf si vous allez très haut et que vous entrez dans la catégorie du skieur-alpiniste, un crack).Lire la suite…