Julien Taramarcaz met un terme à sa carrière pro

A 29 ans, Julien Taramarcaz, le sympathique professionnel de Fully a décidé de mettre un terme à sa carrière de cycliste profesionnel, a annoncé vendredi son équipe sur son site internet.

La Sluitingsprijs à Oostmalle, ce dimanche 19 février, sera sa dernière course sur le circuit professionnel de cyclocross. « C’était une décision difficile à prendre, mais réfléchie », explique Julien Taramarcaz. «J’aime le cyclocross, mais je sors d’une saison très difficile, ce qui rendrait la suite plus compliquée d’un point de vue financier. J’ai aussi une famille et à un moment donné il faut faire un choix. Je dis au revoir à ma vie de cycliste professionnel, mais je n’oublie pas le cyclocross et les gens qui m’ont soutenu ces dernières années. Je leur suis très reconnaissant.»

Julien Taramarcaz lors des championnats de Suisse en 2016.

Après avoir notamment porté les couleur de BMC, Julien Taramarcaz a intégré l’équipe belge KwadrO-Stannah en 2014, qui est ensuite devenue Corendon KwadrO, ERA et ERA Murprotec. Le sympathique Fulliérain a remporté six titres nationaux de cyclocross, quatre en l’élite et deux chez les jeunes. En 2004, il a aussi remporté le championnat d’Europe juniors. En 2013, il avait brillé avec une 6e place lors des championnats du monde à Louisville.

Nous étions parti à sa rencontre en Belgique en février 2015, et c’était vraiment sympa. Tu vas nous manquer Julien, même si on te verra plus souvent!

Cyclocross de Sion: Julien Taramarcaz maître sur “ses” terres

Dire de Julien Taramarcaz qu’il courait à domicile lors du cyclocross international de Sion, en ce dimanche 4 décembre 2016, serait quelque peu exagéré. Il est certes Valaisan, mais de Fully, et réside en Belgique durant la saison de cyclocross. Et s’il connaît bien le parcours des casernes de la capitale valaisanne, il n’a découvert sa mouture 2016 qu’au dernier moment après avoir rejoint la Suisse durant la nuit de samedi à dimanche après une compétition en Belgique.

20161204 cyclocross sion 83
Julien Taramarcaz vient « d’embrayer ». Lukas Flückiger (au fond) ne peut pas suivre.

Pour le public, entièrement acquis à sa cause, le “local” était bien Julien Taramarcaz et les encouragements n’ont pas manqué tout au long d’une course qu’il a maîtrisée de bout en bout. Au-dessus du lot techniquement et physiquement, il s’est isolé en tête après avoir écrémé le peloton dans une première phase en compagnie de Lukas Flückiger, vainqueur la veille à Nyon, Simon Zahner, Nicola Rohrbach et le Belge Yorben Van Tichelt. Avec un petit “tapis” de sécurité d’une vingtaine de secondes d’avance, le Valaisan a ensuite pu gérer sa course, accélérant un peu le rythme si ses poursuivants se rapprochaient un peu trop à son goût. Au finale, une nouvelle victoire à Sion, après celle de 2013.

Chez les femmes, la victoire est revenue à la Saint-Galloise Ramona Forchini, qui a devancé de haute lutte les deux Françaises Jade Wiel et Evita Muzic.

20161204 cyclocross sion 14
Encore deuxième ici, Ramona Forchini finira par s’imposer.

Dans les autres catégories, on relèvera la performance du Valaisan de Collonges Gilles Mottiez (VC Excelsior), vainqueur chez les amateurs au prix d’une belle remontée en début de course après un départ en milieu de grille et une chute dans les premiers virages du parcours.

Chez les juniors, belle performance également de Noé Barras (Cyclophile sédunois), 3e derrière Loris Rouiller et Mauro Schmid, vainqueur la veille à Nyon.

La course des élites en vidéo, par Bruno Schertenleib

Images de la Swiss Epic 2016 à Verbier

La dernière étape de la Swiss Epic a été rendue difficile par les conditions humides et froides, qui ont même obligé les organisateurs à réduire le kilométrage de la dernier étape autour de Verbier. Cela n’a pas empêché Lukas Flückiger et Reto Indergand (BMC) de contrôler la course et décrocher la victoire, laissant la médaille d’argent aux éternels seconds (3x en 3 participations…) Daniel Geismayr et Jochen Käss (Centurion Vaude). Nino Schurter et Matthias Stirnemann, (Scott-Odlo), montent sur la troisième marche du podium.

Chez les femmes, Jolanda Neff et Alessandra Keller (Stöckli Pro Team) ont dominé l’épreuve de la tête et des épaules, devançant leurs dauphines Ariane Kleinhans et Corina Gantenbein (Spur Ötztal) de près de 50 minutes. Ces derniers ont dû lutter jusqu’à la fin pour prendre le meilleur sur Esther Süss et Hielke Elferink (Wheeler / Rocky Mountain).

Durant les dix jours de course entre Zermatt et Verbier, les concurrents auront avalé quelque 360 kilomètres, souvent sur des sentiers, pour 12 500 mètres de dénivelé.