Il reste de la neige, mais ouf, pas partout

Un bien belle fin de semaine, avec des températures estivales, dont je retiendrai surtout que crtains coins sont encore inaccessibles à vélo, en raison de la neige. Ou des avalanches qui obstruent le passage, comme à Dugny, en-dessous d’Ovronnaz. On peut certes les franchir à pied, mais une avalanche de cette ampleur ne laisait rien présager de bon plus loin, entre Randonne et Chiboz, puis entrre Chiboz et Buitonne, avec encore pas mal de neige qui peut glisser depuis bien plus haut.

Jamais vu une avalanche de cette ampleur à cet endroit.

Samedi j’ai donc fait demi-tour, sans que la sortie ne devienne moche pour autant.

Jeur-Brulée, un petit coin de paradis au coude du Rhône.

Dimanche, plus de neige sur la montée à Jeur-Brulée… Un sacré beau coin, au prix d’un montée sacrément raide.

Au « Mayen liquide », belle vue sur Martigny et le massif du Trient.

La descente par le sentier sur Mayen-Lotton n’est pas piquée des vers non plus (un peu plus d’un km avec une pente entre 30 et 50%) et assurément un bon test, à la limite du défi pour le système de freinage et les paumes fragiles du début de saison.

Halte obligatoire au Mayen liquide…
Et c’est bien volontiers 😉

PubliBike à Sion: une offre (enfin?) séduisante

Lorsque PubliBike a installé ses premiers vélos en ville de Sion, en 2010, j’avais été séduit par le principe, mais vite refroidi par les vélos, lourds, mous et poussifs. Après quelques essais, je m’étais vite résolu à payer pour embarquer mon vélo dans le train lorsque j’optais pour ce moyen de transport, plutôt que de risquer de me détourner totalement du vélo.

Cela pourrait enfin changer.

La station PubliBike de l’hôpital de Sion.

La société de vélos en libre-service PubliBike et la Ville de Sion ont en effet présenté ce mercredi leur réseau modernisé et étendu. Ce dernier propose désormais 56 vélos, dont 18 à assistance électrique, répartis sur 9 stations, dont une à l’hôpital, ce qui constitue la première bonne nouvelle dans mon cas, puisque j’y travaille. Continuer la lecture de « PubliBike à Sion: une offre (enfin?) séduisante »

Encore un retour en Suisse

Depuis quelques années, ma semaine de Carnaval rime avec camp de la Fédération cycliste valaisanne (oui, je sais, ça ne rime pas). Depuis trois ans, nous nous rendons à Empuriabrava pour profiter des routes assez exceptionnelles de la région de Rosas, avec des automobilistes tout ce qu’il y a de plus respectueux des cyclistes. Le climat est aussi plus propice au vélo, même lorsque ces vacances de Carnaval tombent très tôt, comme cette année. On passera sur l’hôtel, qui peut faire l’affaire pour un camp d’entraînement, mais que l’on peut éviter pour ses voyages privés, sauf si on aime se faire engueuler par les responsables de la salle à manger…

Le retour en Suisse est toujours assez rude, où l’on se rend compte que les cyclistes comptent toujours pour beurre. Continuer la lecture de « Encore un retour en Suisse »