Encore un retour en Suisse

Depuis quelques années, ma semaine de Carnaval rime avec camp de la Fédération cycliste valaisanne (oui, je sais, ça ne rime pas). Depuis trois ans, nous nous rendons à Empuriabrava pour profiter des routes assez exceptionnelles de la région de Rosas, avec des automobilistes tout ce qu’il y a de plus respectueux des cyclistes. Le climat est aussi plus propice au vélo, même lorsque ces vacances de Carnaval tombent très tôt, comme cette année. On passera sur l’hôtel, qui peut faire l’affaire pour un camp d’entraînement, mais que l’on peut éviter pour ses voyages privés, sauf si on aime se faire engueuler par les responsables de la salle à manger…

Le retour en Suisse est toujours assez rude, où l’on se rend compte que les cyclistes comptent toujours pour beurre. Continuer la lecture de « Encore un retour en Suisse »

A Fully, il y a des cactus…

C’est un endroit où je passe assez souvent, entre Mazembroz et la falaise de Beudon. Avant, on pouvait passer par une petite vigne, en contrebas de ce “nouveau” petit sentier. Mais le (ou la, je ne le/la connais pas) propriétaire de cette vigne, traversée par un sentier pédestre, n’aime pas les cyclistes. Il a d’abord bricolé son panneau d’interdiction, voilà quelques années (la photo a dix ans).

Mais cela embêtait aussi les piétons et il a obtenu de la Municipalité locale l’installation d’une signalisation tout ce qu’il y a de plus officielle. Comme je suis presque toujours respectueux des interdictions, je ne passe presque plus jamais à cet endroit, détournant mon chemin par le fameux “sentier du cactus”, pas des plus accessibles à vélo mais toujours spectaculaire. Continuer la lecture de « A Fully, il y a des cactus… »

A l’école à vélo…

La Commune de Fully encourage les élèves à se rendre à vélo à l’école. L’intention est louable (cela permet aussi – qui a dit surtout? – d’économiser quelques frais de transports scolaires) et le serait encore davantage si cela se traduisait par des démonstrations concrètes de l’attention portée aux cyclistes.

Sinon, comment expliquer que l’on trouve ce genre d’aménagements sur le chemin “conseillé” pour se rendre à l’école?

La déviation envoie les cycliste tout droit face aux voitures (sens unique pour les autos). Pourquoi ne pas avoir fait passer la bande cyclable à droite, en poussant l’aménagement à gauche? C’est d’ailleurs la solution choisie spontanément par ce jeune cycliste, même en l’absence de voiture.

Un peu plus loin, une image prise ces derniers jours.

Certes, il y a un chantier. Mais rien n‘empêche de condamner les places de parc et de pousser les deux voies de circulation (auto et vélo) à gauche. Ici encore, on “sacrifie” les vélos, pourtant sur un itinéraire encouragé.

Et, à peine plus loin (les trois photos sont distantes d’une centaine de mètres), encore une bizarrerie.

Ici, si je veux aller tout droit (le cycle d’orientation est au bout de la rue droit devant), le marquage m’invite à tourner à droite, en passant sur une grille d’égouts qui plus est.

Personne ne va suivre le marquage pour aller tout droit (virage à droite, suivie d’une diagonale à gauche…). Pourquoi ne pas sécuriser les solutions déjà utilisées par tout le monde plutôt que de vouloir forcer les gens à passer ailleurs?

Et quitte à aligner la bande cyclable sur la passage piéton, pourquoi ne pas donner la priorité aux vélos aussi?