Le pont sur l’autoroute entre Fully et Saxon, avec ses sorties et entrées pour « l’autostrada », est à peu près ce que je connais de plus dangereux sur mes parcours réguliers à vélo, la faute à une conception aberrante et irréfléchie. Sinon, comment expliquer ces « trottoirs » qui vous envoient… sur la piste d’entrée de l’autoroute?

Très bien pensée cette affaire, non?

Bon, ce n’est pas top mon problème, vu que je suis à vélo et que je ne prends pas les trottoirs, réservés aux piétons. Ceci dit, d’un point de vue cyclable, il y a encore un sacré boulot en Valais pour ces transversales « rive droite-rive gauche ». Fully-Charrat ce n’est guère mieux, Leytron-Riddes non plus, sans parler évidemment de Sion Est et Ouest avec leurs transversales sur l’autoroute, réservées aux kamikazes à vélo.

Dans le cas qui m’occupe ici, entre Fully et Saxon, la route est assez étroite et la forme du pont empêche une bonne visibilité. Comme je suis bon, je laisse toujours une possibilité aux automobilistes de montrer qu’ils font attention à moi. Et il y en a, qui ne doublent pas sans visibilité, qui ne me frôlent pas en passant. Mais certains doublent quand il y a du trafic en face et, forcément, me frôlent.

Après le premier qui me fait le coup, c’est simple: je roule au milieu de ma piste. Si personne ne vient en face, les voitures peuvent doubler sur l’autre piste, sans me frôler. S’il y a de la circulation en sens inverse, elles ne passent pas. C’est aussi simple que ça, et ce n’est pas moi qui empêche de doubler, c’est la voiture en face. Compris?

La marge du cycliste (75cm – 1m du bord) + largeur du cycliste + marge de l’auto (1,5m) = ligne rouge. Donc, sans visibilité et/ou avec du trafic en face on ne dépasse pas. C’est assez simple à comprendre, mais visiblement pas pour tout le monde.

L’immense majorité des automobilistes le comprend très bien et patiente quelques secondes.

Évidemment, il y a toujours quelques abrutis, comme celui qui m’a klaxonné jeudi soir, avant de me doubler de très près en me montrant son doigt du milieu rageur. Il était évidemment très pressé de s’arrêter 300m plus loin à la station service, où il n’avait encore pas fini de sortir de son auto lorsque je lui ai demandé s’il avait un problème.

  • Tu roules au milieu de la route! M’a-t-il lancé.
  • Oui, et je fais exprès, répondis-je. Pour ma sécurité, j’en ai juste marre des mecs qui me frôlent, comme toi. (puisqu’on se tutoie, visiblement)
  • Pff, ta sécurité… pas besoin de prendre toute la route. Et puis, t’as tout le trottoir!

Ce doit être le même qui insulte les cyclistes (les enfants par exemple) qui prennent les trottoirs en ville, car ils ont juste trop peur sur la route.

La seule chose que je n’ai pas compris, c’est qu’est-ce que tu fais sur une route goudronnée avec une Jeep qui peut t’emmener bien plus loin.

Mais je comprends aussi que tu puisses être frustré. Te retrouver derrière un cycliste, sur le goudron, alors qu’on t’a vendu ça…