VTT dans les Follatères : le respect d’abord!

Les temps sont durs sur les sentiers valaisans pour les pratiquants du VTT. Après des interdictions actées (Le Brésilien et alpage de Ponchet pour les plus connus, des barrières sont apparues sur la descente du Christ-Roi à Lens, tandis que d’autres municipalités, comme Bovernier, ont annoncé leur volonté d’interdire les VTT sur leurs chemins. Dans ce dernier cas, la levée de boucliers initiée par la jeune association Pro VTT a incité la commune à revoir sa copie, mais le cas reste en suspens.

Dans la région, un autre secteur semble avoir fait réagir les randonneurs, celui des Follatères, entre Fully et Dorénaz. Un endroit prisé, surtout en hiver, pour son climat doux et sec qui permet de rouler aussi à la mauvaise saison. Las, il semblerait que des solutions doivent être trouvées pour assurer une saine cohabitation avec les marcheurs.

« Pas d’impact biologique significatif »

Selon les informations de Bikinvalais.ch et de Pro VTT, la commune de Fully et la Commission des Follatères, gestionnaire de cette réserve fédérale, auraient été alertées par des randonneurs surpris de découvrir des cyclistes à cet endroit.

Selon un document établi par un spécialiste, il semblerait toutefois que les passages des cyclistes n’aient pas d’impact biologique significatif sur les chemins de ce « spot » au coude du Rhône. Ce document relève toutefois que des déprédations ont été commises sur les barrières à bétail dressées sur les chemins, ce qui n’est évidemment pas tolérable, mais qui n’est forcément le fait de cyclistes non plus.

L’auteur relève que « les piétons doivent parfois s’écarter du sentier à de multiples reprises au cours d’une balade, avec une impression de dérangement continuel ». Le reste du temps, ce n’est guère mieux : « même quand il n’y a pas de vélos, le promeneur reste confronté aux traces de leur passage », le sol composé de loess très sensible à l’érosion se marquant facilement.

La réserve des Follatères, hachurée en rouge et le chemin le plus « sensible » s’agissant de la cohabitation avec les marcheurs (entouré).

Avant que des mesures drastiques ne soient prises, avec des discussions toujours difficiles, les cyclistes peuvent éviter les rencontres trop nombreuses et les traces évidentes de leur passage. Nous invitons ainsi chacun à renoncer à traverser les Follatères les week-ends pendant les périodes les plus fréquentées, à savoir entre février et avril, notamment lors de la floraison des bulbocodes et autres fleurs, qui attirent de nombreux amoureux de la flore locale.

Respect du sentier

Dans le même esprit, on renoncera à traverser le secteur des Bans de Branson lorsque le sol est humide, avec une érosion accrue. C’est notamment le cas à la fonte des rares neiges à cet endroit, mais aussi pendant et après de fortes pluies. Le terrain séchant très vite, la contrainte devrait être supportable. Soyez attentif au sentier et aux abords du sentier : roulez délicatement, évitez les dérapages.

Il s’agit évidemment de respecter absolument les clôtures et les portails, même si nous verrions d’un bon œil des « obstacles » franchissables pour les VTT, à l’image de ce que l’on trouve dans des régions avec davantage de vélos, comme les Portes du Soleil.

Autant de règles élémentaires de bon sens que l’on retrouve aussi dans la charte du vététiste que nous vous invitons évidemment à respecter assurer la pérennité de notre activité préférée.

Leuker Bike Challenge: le VTT résiste dans le bois de Finges

Les courses de VTT se font rares en Valais, du moins dans leur format cross-country «traditionnel». Les marathons comme le Raid Evolénard ou le Grand Raid sont toujours là, l’enduro fait son trou à Zinal (24 juin) et à Val-d’Illiez (10 septembre), tandis que d’autres événements, comme la Swiss Epic ou le Raid du Val d’Illiez, font souffler un vent d’air frais sur la discipline.

k-490.jpg
La traversée de l’Illgraben en début de course. Photo Leuker Bike Challenge

Dans un paysage ou la plupart des « petites » courses de feu les séries Trophée du Coude Rhône, Netplus Challenge et autre Papival Bike Tour ont disparu, le Leuker Bike Challenge, organisé par le Vélo Club Elite, fait de la résistance. Le bois de Finges sera ainsi l’occasion d’une onzième course de VTT au départ du terrain de football de La Souste.

L’endroit est magnifique et le parcours plutôt sympa, avec un départ en montée sur une route goudronnée qui permet de mettre chacun à sa place avant une descente rapide sur un sentier slalomant dans la pinède. Une forêt dans laquelle les concurrents s’enfoncent après avoir traversé l’Illgraben, avant de revenir dans la zone d’arrivée après une dernière ascension et une nouvelle traversée de la rivière que l’on espère toujours plus ou moins praticable…

k-571.JPG
Toujours possible de se « tirer la bourre ». Photo Leuker Bike Challenge.

Infos

  • 11. Leuker Bike Challenge, vendredi, 19 mai 2017;
  • Départ et arrivée au terrain de sport de La Souste (Susten);
  • Inscriptions en ligne sur MSO Chrono (jusqu’au mardi 16 mai 2017 à minuit);
  • Inscriptions sur place jusqu’à 30 minutes avant le départ (majoration de 10.-);
  • Dossards: Dès 16h30 à la place de sport de la Souste;
  • Premiers départs à 17h30.

Le Valais se dote d’une stratégie vélo et VTT

Par les temps qui courent, c’est une bonne nouvelle pour les cyclistes, vététistes, mais surtout les touristes et le canton qui les accueille: le Conseil d’Etat valaisan a approuvé la stratégie “Vélo-VTT Valais/Wallis” qui définit les grandes lignes du développement de l’infrastructure et de l’offre touristique pour le vélo de route et le VTT en Valais.

Ce document servira notamment de référence pour les destinations afin de créer des expériences touristiques qui répondent aux besoins du marché”, explique le canton dans un communiqué de presse.

« Le Valais est un terrain extraordinaire pour les amateurs de vélo et de VTT”, poursuivent les autorités. “Pistes cyclables parfaitement balisées (on parle là des itinéraires touristiques comme les berges du Rhône, où il reste encore du boulot, note du rédacteur), cols alpins grandioses et chemins spectaculaires invitent aux plaisirs du vélo et du VTT.

Le Conseil d’Etat a approuvé une stratégie pour le développement d’une offre régionale et locale. Cette dernière a été élaborée par un comité de pilotage composé de représentants de l’Etat, de l’antenne Région Valais romand (ARVR), du centre régional et économique du Haut-Valais (RWO SA), de Valrando, de la Chambre valaisanne de tourisme (CVT) et de Valais/Wallis Promotion (VWP).

Le comité de pilotage a pour mission, notamment, de définir les critères de qualité à respecter et de coordonner et accompagner la mise en oeuvre de la présente stratégie entre les porteurs de projets – y compris les destinations ou les remontées mécaniques valaisannes – et les services cantonaux.

La stratégie Vélo-VTT du canton

La nouvelle stratégie englobe entre autres les problématiques de financement, d’infrastructures et de cohabitation entre les différents utilisateurs, afin de privilégier la durabilité des concepts développés. « Cette stratégie valorise les ressources naturelles et culturelles du Valais et intègre les partenaires clés dans le développement et la promotion d’une offre vélo-VTT coordonnée« , explique Eric Bianco, chef du service du développement économique (SDE).

Le Conseil d’Etat a désormais bâti le socle d’une stratégie qui sera, dans le futur, élargie à l’entier de la mobilité deux roues de loisirs mais aussi quotidienne.

Une offre globale

Sur la base des infrastructures et services mis en place dans le cadre de la stratégie vélo-VTT, le développement d’une chaîne de prestations complète de qualité permettra à chaque client de personnaliser et vivre son expérience selon ses attentes.

Damian Constantin, Directeur de VWP, le confirme : «Il est essentiel que nous puissions offrir un accès facilité à l’ensemble de l’information disponible ainsi qu’un produit clé en main pour augmenter la notoriété du Valais comme destination vélo-VTT. Nous devons offrir la possibilité de vivre une expérience ‘vélo-VTT’ unique, qui restera gravée dans la mémoire.»

L’objectif est de positionner le Valais comme destination phare pour les passionnés de vélo et de VTT.

Développement régional VTT Valais/Wallis

Les premiers projets VTT sont déjà dans la phase de réalisation. Sur mandat des destinations Crans-Montana, Verbier, Saastal, Lötschental, Blatten-Belalp, Aletsch Arena et la région de Viège, la société Bike Plan AG a élaboré des concepts locaux de développement spécifiques aux VVT. « Il s’agit maintenant pour les destinations, communes et remontées mécaniques concernées de constituer des entités responsables. » explique David Caliesch, chef de projet RWO SA. « En se basant sur ces concepts, ils décideront quelles mesures devraient être réalisées à court, moyen et long terme ». L’objectif du projet VTT Valais/Wallis est d’homologuer un réseau d’itinéraires répondant aux besoins du marché couvrant et couvrant l’ensemble du territoire.