Sans rire, c’est ce que la commune de Vétroz m’invite à faire.

En 2019, j’avais déjà écrit à la commune de Vétroz pour m’étonner de l’absence de déneigement des berges du Rhône, la seule vraie piste cyclable du canton, doublée d’un itinéraire national. La réponse:

Aucun déneigement n’est effectué sur les routes agricoles, d’autant plus si elles sont fermées à la circulation automobile, comme c’est le cas sur les berges du Rhône. La fonte des neiges en zone ombragée rend la chaussée encore plus dangereuse avec la persistance du verglas. C’est pourquoi, nous vous suggérons d’utiliser, pendant la période de gel, l’itinéraire cyclable existant sut la route cantonale (itinéraire déneigé) en attendant les beaux jours.

Une réponse qui a le mérite d’être claire, mais qui n’en confine pas moins au foutage de gueule. Bon, la commune de Vétroz n’est pas seule dans ce cas, Martigny n’ayant pas grand-chose à lui envier…

Pour les autorités, en hiver il faut éviter les berges du Rhône à vélo pour rouler en sécurité ici.

Et si je traduis, la principale piste cyclable du Valais, à l’écart du trafic automobile, n’étant pas déneigée, les autorités nous invitent à circuler sur des bandes cyclables pas déneigées non plus et au milieu des bagnoles. Ce qui est beaucoup plus sûr (non).

Mardi matin, 19 janvier 2021, comme je savais à quoi m’attendre sur les berges du Rhône (nous sommes donc mardi et il a neigé dans la nuit de samedi à dimanche), j’ai tout de suite opté pour la route cantonale, très désagréable de nuit entre Fully et Saillon (c’est déjà nul de jour à la belle saison, je ne vous dis pas un petit matin de janvier). À Leytron j’ai bifurqué en direction de la « grande » route cantonale, celle qui plus loin traverse Ardon et Vétroz. Et c’était franchement assez flippant. Avec de la glace sur la bande cyclable sur le pont sur la Losentse, puis des zones « brillantes » dont on ne sait s’il s’agit d’eau ou de glace. Dans le doute, eh bien tu roules sur la chaussée principale.

Tout à fait rassurante cette bande cyclable, n’est-ce pas?

Là où cela se gâte franchement, c’est entre Ardon et Vétroz, où loin d’être déneigée comme le prétend le président de Vétroz, la bande cyclable sert de dépôt à neige. Mais je ne suis pas surpris. Là où je suis surpris, par contre, c’est entre Pont-de-la-Morge et Sion où tout est propre: chaussée principale, bande cyclable et trottoir. La preuve que c’est possible.

Désolé cher automobiliste si je roule « au milieu de la route », comme certains aiment bien nous le reprocher (en nous invitant par ailleurs à faire du vélo sur les berges du Rhône), mais je crois que je n’ai pas trop le choix.

Autre mauvaise expérience avec la traversée de Sion, où la plupart des bandes cyclables sont encombrées de neige. C’est en devant rester derrière les autos que tu te rends compte que ce moyen de transport est vraiment inadapté à la ville, ça n’avance pas.

A Sion, la démonstration qu’un déneigement intégral de la chaussée est possible.

Pourtant, même à Sion, on se rend compte que c’est parfois possible de nettoyer toute la route, comme à la route des Ronquos, tandis que la rue de l’Industrie voisine est remplie de tas de neige sur la bande cyclable. Alors vite, un coup de machine comme ici en 2019 et c’est réglé, ou est-ce que tout le monde attend que le foehn annoncé s’en charge?


Le problème dans tout cela, c’est que si la voie n’est pas destinée aux autos, tout le monde s’en tape, comme le dit le président de Vétroz: « Aucun déneigement n’est effectué sur les routes (…) d’autant plus si elles sont fermées à la circulation automobile. » Et ne me servez pas l’argument de « personne ne fait de vélo en hiver » à l’heure du Covid-19 où pas mal de gens essaient d’éviter les transports publics et seraient ravis de circuler en sécurité. On met un bonnet et des gants pour aller skier, on peut le faire pour aller bosser ou à l’école. Et essayez une fois de ne déneiger aucune route, on verra bien combien de gens « font de la voiture ». Sans se planter. Et sans gueuler.

OK pour les autos, KO pour les vélos

Lorsque la commune de Vétroz poursuit en écrivant « la fonte des neiges en zone ombragée rend la chaussée encore plus dangereuse avec la persistance du verglas », je me demande juste pourquoi (et comment) on déneige la route de Riddes encore davantage à l’ombre de l’autre côté du fleuve. Ah, mais c’est qu’elle n’est pas réservée aux vélos, mais aux autos, ça change tout. Tellement vrai que le seul tronçon des berges du Rhône actuellement déneigé dans le secteur (sur la commune de Conthey sauf erreur) est celui qui mène au chantier d’Implenia qui installe des pylônes électriques. Très important que les camions ne roulent pas dans la neige…


Pourtant, c’est possible: les communes de Leytron et Saillon le prouvent en déneigeant leur tronçon des berges du Rhône (c’est parfois perfectible, mais c’est déjà pas mal), certes souvent ensoleillé.

Merci à la commune de Leytron, beau boulot (perfectible sur le tronçon sous le pont de Riddes).

Une chaîne est aussi solide que son maillon le plus faible. Un itinéraire cyclable est aussi sûr, praticable et agréable que son pire tronçon. Les berges du Rhône, qui appartiennent par ailleurs au canton du Valais, ça pourrait être bien. Mais par la faute de certaines communes, en hiver, c’est de la merde. Blanche, certes, mais de la merde quand même.


Et tout ceci est vraiment dommage, car parcourir les berges du Rhône à vélo peut être très sympa et spectaculaire, même en hiver.