Votation vélo: cinq associations valaisannes se mobilisent pour le OUI

La votation du 23 septembre vise à améliorer le réseau de voies cyclables en Suisse. Les associations actives dans les domaines de la mobilité et du vélo en Valais (PRO VELO Valais, le TCS Section Valais, l’ATE Valais, la Fédération cycliste valaisanne et Pro VTT) unissent leurs voix pour soutenir ce contre-projet, qui aura des conséquences positives sur la sécurité routière, la circulation en ville et le tourisme dans notre canton.

Si le peuple dit oui à la votation vélo le 23 septembre prochain, les voies cyclables seront mentionnées dans la Constitution au même titre que les chemins de randonnée pédestre. Ceci permettra à la Confédération de soutenir les cantons, les villes et les communes dans la planification de la circulation cycliste. Sans dépenser un sou de plus, puisque le cofinancement de la mobilité douce a déjà été réglé dans le cadre du Fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA).

Pour les cinq associations valaisannes mobilisées par cette thématique, cette nouvelle base légale va donner une impulsion positive à la mobilité multimodale et à une pratique du vélo plus sûre dans le canton.

Elle répond également aux objectifs du Valais touristique, qui souhaite se profiler comme destination vélo. Enfin, elle apporte un socle solide à la stratégie cantonale Vélo-VTT Valais/Wallis qui a été approuvée par le Conseil d’Etat en 2017.

Bon pour la sécurité routière et pour la mobilité au quotidien

Le nombre de cyclistes tués ou blessés a augmenté ces dernières années en Suisse, alors qu’il a diminué pour les autres usagers de la route. La séparation des flux de trafic entre cyclistes et voitures va non seulement améliorer la sécurité des cyclistes, mais également la fluidité de la circulation. En plus d’être bon pour la santé et l’environnement, le vélo est idéal pour parcourir de courts trajets en ville, permettant de désengorger le trafic. Mais le manque d’infrastructures adéquates a tendance à décourager les usagers. La planification de voies cyclables va combler cette lacune.

Piste cyclable séparée du trafic motorisé, à Martigny

Un atout pour de nouvelles expériences touristiques en Valais

Le cyclotourisme génère un chiffre d’affaires de 2,7 milliards de francs par année en Suisse. Pour le développer en Valais, il faut améliorer la planification des itinéraires et leur visibilité. Si le réseau cyclable bénéficie de la même attention que le réseau pédestre dans la Constitution, les efforts actuels du canton pour améliorer le potentiel touristique du vélo vont gagner en crédibilité et en légitimité. Un signal encourageant pour le tourisme «quatre saisons», dont notre canton a besoin.

Pour toutes ces raisons, PRO VELO Valais, le TCS Section Valais, l’ATE Valais, la Fédération cycliste valaisanne et Pro VTT recommandent aux citoyens de voter OUI au contre-projet vélo le 23 septembre prochain.

Ce qui va changer dans la Constitution

Le contre-projet à l’initiative vélo propose de compléter l’arrêté fédéral comme suit :
Art. 88 Chemins et sentiers pédestres et voies cyclables
1. La Confédération fixe les principes applicables aux réseaux de chemins et de sentiers pédestres et aux réseaux de voies cyclables.
2. Elle peut soutenir et coordonner les mesures prises par les cantons et par les tiers visant à aménager et entretenir ces réseaux et à informer sur ceux-ci. Elle respecte à cet égard les compétences des cantons.
3. Elle prend ces réseaux en considération dans l’accomplissement de ses tâches; si elle doit supprimer des chemins ou sentiers pédestres ou des voies cyclables, elle les remplace.

MESSAGES DES ASSOCIATIONS IMPLIQUÉES DANS LA MOBILITÉ ET LE VÉLO EN VALAIS

  • PRO VELO Valais – Yves Degoumois, président
    Enfin une reconnaissance officielle pour le vélo.
    La votation du 23 septembre est un acte symbolique fort, car elle place les réseaux cyclables sur un pied d’égalité avec les chemins et sentiers pédestres. Le vélo sera enfin reconnu comme un mode de déplacement à part entière, et non plus comme un élément perturbateur sur les routes.
    Résoudre les problèmes de mobilité en ville, avec des infrastructures adaptées.
    Le vélo est un moyen de transport rapide et efficace pour de courts trajets. Les villes valaisannes s’y prêtent particulièrement bien. L’ancrage des voies cyclables dans la Constitution va permettre d’activer le développement des réseaux cyclables et donc permettre à davantage de gens de circuler à vélo, ce qui contribuera à désengorger le trafic et à diminuer les nuisances de trafic motorisé dans les villes.
    En Valais, la mobilité douce prend de plus en plus d’importance dans les aménagements urbains, avec plus ou moins de pertinence pour la circulation cycliste. Grâce à l’arrêté fédéral, les besoins des cyclistes devront être intégrés dans ces projets.
  • TCS Section Valais – Fabienne Bernard, présidente
    Pour une mobilité cohérente et une meilleure cohabitation entre usagers.
    A l’heure où les besoins en mobilité ne cessent de croître, chaque moyen de se déplacer doit pouvoir se développer dans les meilleures conditions. C’est pourquoi cet arrêté fédéral est positif pour une mobilité globale, cohérente et harmonieuse. Les pistes et itinéraires cyclables délimitent les trajectoires de chaque usager, ce qui permet une meilleure cohabitation entre automobilistes et cyclistes.

    Se rendre à l’école à vélo doit être possible en toute sécurité.

    Davantage de sécurité pour tous.
    Le TCS s’engage depuis des années pour la sécurité routière des écoliers. Encourager les enfants à se déplacer à pied ou à vélo doit aller de pair avec la mise en place d’itinéraires sûrs. La planification de voies cyclables va améliorer la sécurité des cyclistes, mais aussi celle de tous les usagers. La séparation des courants de trafic entre vélos et voitures contribue à rendre la circulation plus sûre et plus fluide. De plus, elle protège les usagers les plus vulnérables, comme les enfants et les personnes âgées.

  • ATE Valais – Evelyne Bezat, chargée d’affaires
    Bon pour le climat et l’environnement.
    La circulation motorisée est responsable de plus d’un tiers des émissions de CO2 en Suisse. Toute personne en mesure de se déplacer à vélo ou à pied en toute sécurité, contribue de manière importante à la protection climatique. Voici l’occasion de donner un signal clair en faveur d’un mode de transport écologique et accessible à tous.

    L’occasion de donner un signal clair en faveur d’un mode de transport écologique et accessible à tous.

    Une mobilité saine, intégrée à nos déplacements quotidiens.
    Pédaler pour aller au travail ou faire ses courses maintient en forme et en bonne santé. Le Valais possède un vaste territoire de plaine, où beaucoup d’usagers pourraient se déplacer aisément à vélo dans leurs trajets quotidiens. Mais les réseaux cyclables ne sont pas encore assez nombreux ni assez sûrs pour convaincre. Le nouvel arrêté fédéral est un moyen de rendre la mobilité cycliste plus attractive auprès de la population, avec des conséquences positives sur les coûts des transports et de la santé.

  • Fédération cycliste valaisanne – Steve Morabito, président et cycliste professionnel engagé dans la promotion du cyclotourisme en Valais
    Une légitimité supplémentaire pour le développement du cyclotourisme en Valais.
    Le cyclotourisme génère un chiffre d’affaires de 2,7 milliards de francs par année en Suisse. Le Canton a mis sur pied un comité de pilotage, dont l’une des missions est de faciliter la création de circuits et d’offres touristiques en lien avec le vélo (stratégie Vélo-VTT Valais/Wallis). Cette reconnaissance dans la Constitution va donner plus de poids et de légitimité à toutes les actions entreprises au niveau cantonal pour améliorer le réseau cyclable. Elle ouvrira également de nouvelles possibilités de financement à travers les projets d’agglomération. Et ce sera un signal d’encouragement pour les acteurs touristiques qui souhaitent développer leur offres vélo-vtt (destinations vélo-bike friendly, Swiss Bikes Hotels, guides, packages, etc…).

    Le Canton a mis sur pied un comité de pilotage, dont l’une des missions est de faciliter la création de circuits et d’offres touristiques en lien avec le vélo (stratégie Vélo-VTT Valais/Wallis). Photo David Carlier, www.davidcarlierphotography.com

    Une confirmation pour le sport cycliste.
    Le sport cycliste est très vivant en Valais. Les événements et courses qui lui sont liés occupent une cinquantaine de jours par an. Notre canton est reconnu comme un terrain de jeu idéal pour les compétitions professionnelles. Pour assurer la relève du cyclisme sur route, il est nécessaire de créer de bonnes conditions-cadre pour que les jeunes puissent s’entraîner en toute sécurité. La votation vélo contribue à maintenir le dynamisme existant.

    Steve Morabito, Champion de Suisse 2018. Améliorer la sécurité sur les routes, c’est aussi favoriser la relève.
  • Pro VTT – Laurent Savioz, président
    Enfin une reconnaissance pour le VTT.
    Le potentiel pour la pratique du VTT en Valais est énorme, mais encore sous-exploité. Les initiatives pour développer l’offre de sentiers cyclables en montagne restent modestes et très localisées. Les procédures d’homologation sont longues et coûteuses. Un «oui» le 23 septembre va donner un élan supplémentaire aux efforts de coordination actuels et renforcer la communication autour de ce sujet. C’est une étape encourageante pour améliorer la planification, le référencement et l’entretien des itinéraires VTT, comme c’est déjà le cas pour les sentiers pédestres.Un soutien au tourisme et à l’économie de montagne.
    Les vététistes permettent de mieux rentabiliser les infrastructures (transports publics, remontées mécaniques) pendant l’été et l’automne. Le Valais a tout pour bien faire: les sentiers, les accès routiers, les infrastructures et de magnifiques circuits en altitude. La reconnaissance du réseau cyclable dans la Constitution va permettre de renforcer la visibilité de cette offre VTT et d’en faire un véritable atout touristique. 
Joakim Faiss

Auteur : Joakim Faiss

Père de famille - Cycliste - Journaliste - Rédacteur en chef du Magazine Vélo Romand. Vélos actuels: Thömus Sliker (route), Rocky Mountain Element 970 (VTT), Specialized Diverge Expert (gravel), Specialized Crux (cyclocross), BMC Alpenchallenge (urbain). Bière préférée: Velosophe,Triple Karmeliet Pratiques: Vélo de route, cyclocross, VTT cross country, VTT marathon, VTT all-mountain. Où est le problème?

Une réflexion sur « Votation vélo: cinq associations valaisannes se mobilisent pour le OUI »

  1. Grâce à un territoire vaste et varié, à beaucoup de compétences et à une volonté affirmée, le Valais à tout pour réussir pour se positionner comme une région hautement attractive pour le tourisme cycliste. Et, il faut le souhaiter, devenir moteur et source d’inspiration pour d’autres cantons, notamment Genève qui ne voit guère plus loin que les contours de sa ville. Bravo et merci le Valais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *