Il reste de la neige, mais ouf, pas partout

Un bien belle fin de semaine, avec des températures estivales, dont je retiendrai surtout que certains coins sont encore inaccessibles à vélo, en raison de la neige. Ou des avalanches qui obstruent le passage, comme à Dugny, en-dessous d’Ovronnaz. On peut certes les franchir à pied, mais une avalanche de cette ampleur ne laissait rien présager de bon plus loin, entre Randonne et Chiboz, puis entre Chiboz et Buitonne, avec encore pas mal de neige qui peut glisser depuis bien plus haut. Continuer la lecture de « Il reste de la neige, mais ouf, pas partout »

En balade avec Simon Pellaud

Dimanche, le cycliste professionnel valaisan Simon Pellaud, à peine rentré de Colombie, avait convié amis et membres du fan’s club (ce qui dans bien des cas revenait au même) à sa première « balade » officielle, ce qui tombait plutôt bien en ce lendemain d’hier pour certains participants, rentrés nuitamment à la maison.

C’est par là, indique Simon « Poppel » Pellaud.

Une balade donc, entre Fully et Saillon, en évitant les grands axes et en prenant le temps de savourer ces tours de roues avec petits et grands, tout doucement. Tout doucement, mais en toute sécurité, celle-ci étant assurée par plusieurs motards, comme au Tour.

Le principal intéressé ne cachait pas son bonheur: «Ça fait vraiment plaisir de voir tout ce monde et de se sentenir soutenu», confiait-il à l’heure de la raclette servie au couvert de la Châtaigneraie, à Fully. «Ce sont des moments comme ceux-là qui permettent de tenir le coup lorsque c’est plus dur»

Le peloton dans la montée vers le vieux bourg de Saillon.

Simon a apprécié et nous aussi. Merci pour cette belle première balade qui en appelle d’autres!

Magnifique col du Sanetsch

Un lac, des montagnes, l’air pur, de belle routes, des cols superbes, des musées, des châteaux… Une belle destination pour les vacances, non?

Et pourtant, pas besoin trop bouger, c’est chez nous. Il n’y a qu’à saisir l’occasion, profiter des richesses et de la beauté à notre porte, qui commence parfois au fond du jardin. Et se pose la question: pourquoi ne le faisons-nous pas plus souvent? Jusqu’à cette année, je n’avais ainsi jamais gravi le col du Sanetsch. Incroyable mais vrai, la faute à plein de bonnes et moins bonnes raisons. Heureusement, un message sur le smartphone qui tombe pile poil pendant une hésitation sur le programme du week-end (les réseaux sociaux, ça a aussi du bon) et c’est parti pour ce col qui est une attraction touristique à lui tout seul…

Beau début de journée dans le vignoble de Conthey.
Beau début de journée dans le vignoble de Conthey.

On commence tranquillement dans le vignoble, au soleil, quelques jours avant les vendanges. Et ça vaut déjà le détour.

Avec l’altitude, on quitte le vignoble pour se mettre au niveau des alpages. Et ce n’est pas la place qui manque, ni pour le bétail, ni pour les cyclistes sur la route.

« On grimpe encore, un peu, beaucoup… »

On grimpe encore, un peu, beaucoup… Il y a tout de même 25 kilomètres environ depuis Conthey pour 1800m de dénivelé. Mais la fin du tunnel est proche. Et après le col, une petite descente sur le lac, dans un paysage superbe. Avant la plongée en cabine sur le canton de Berne. Dépaysement garanti aussi à l’arrivée parmi les villages soignés de l’Oberland bernois. Une bien belle journée en bonne compagnie.