Les routes et rares pistes ou bandes cyclables sont sales, pleines de neige, verglacées et les automobilistes ne vous voient pas (parce que leurs vitres sont givrées, qu’ils sont sur leur téléphone, qu’ils ne regardent pas ou qu’ils s’en fichent)?

Pas grave, la police a une solution pour vous: mettez un casque, choisissez-le dans une couleur voyante. Ou prenez la voiture plutôt que le vélo.

Voilà, vous êtes en sécurité.

«En ce début février, des accidents impliquant des cyclistes ont occasionné de graves blessures, notamment au niveau de la tête. La Police cantonale conseille de porter un casque.

« En portant un casque, le risque de blessures à la tête est divisé par deux en cas de chute », explique la police.

En cas de chute sur la tête, dirais-je, les cyclistes d’expérience savent pourtant que ce sont en général le haut des cuisses et les mains qui ramassent en premier. Sauf en cas de collision avec une auto, mais dans ce cas, le casque n’est guère utile et il vaudrait mieux se consacrer à l’élimination du danger d’abord.

Mais la police recommande donc de:

  • Porter un casque lors de la pratique du vélo, en toutes saisons.
  • Privilégier l’acquisition d’un casque permettant de vous rendre davantage visible dans le flux de la circulation.
  • Adapter le temps et son moyen de déplacement aux conditions de la route. (Comprendre: ne prenez pas le vélo.)

Arrivé ici, je me dois de préciser que je n’ai rien contre le port du casque librement décidé et consenti. Je le porte toujours en faisant du vélo « sportif », mais plus rarement lorsque je vais prendre le train ou acheter le pain.

Je trouve juste dommage que nos autorités laissent pourrir les aménagements cyclables quand ils existent et reportent la responsabilité de leur « sécurité » sur les usagers vulnérables sans rien faire qui serait pourtant 1000 fois plus efficace de leur côté.

Avec les salutations et encouragements hivernaux de la commune de Martigny et du Service de la mobilité.

Et ça, ce n’est pas moi qui le dis, mais des gens bien plus compétents, expérimentés et engagés, comme Chris Boardman:
« Helmets not even in top 10 of things that keep cycling safe »
« Les casques ne figurent même pas dans le top 10 des choses qui assurent la sécurité à vélo »

«There’s a better solution to the problem of cycle safety, Boardman said. In the Netherlands, just 0.8 percent of cyclists wear helmets yet the Dutch have the lowest rate of cycling head injury, thanks to segregated cycling infrastructure. Thirty percent of journeys in the Netherlands are made by bike, he said, and 50 percent of children’s journey to school.»

« Il existe une meilleure solution au problème de la sécurité des vélos, a déclaré M. Boardman. Aux Pays-Bas, à peine 0,8 % des cyclistes portent un casque. Pourtant, les Néerlandais ont le taux le plus bas de blessures à la tête dues au cyclisme, grâce à une infrastructure cycliste séparée. Trente pour cent des trajets aux Pays-Bas sont effectués à vélo, a-t-il dit, et 50 % des trajets des enfants qui se rendent à l’école ».

Chris Bordmann

Et encore, le casque pourrait vous mettre davantage en danger sur la route.

Olympic legend Chris Boardman reveals why it’s safer NOT to wear a cycle helmet
La légende olympique Chris Boardman révèle pourquoi il est plus sûr de ne PAS porter de casque de vélo

«Dr Walker found that drivers were as much as twice as likely to get very close to the bicycle when he was wearing the helmet. He was struck by a bus and a truck during the experiment – both times while wearing a helmet.»

« Le Dr Walker a constaté que les conducteurs avaient deux fois plus de chances de s’approcher très près du vélo lorsqu’il portait le casque. Il a été heurté par un bus et un camion pendant l’expérience – les deux fois alors qu’il portait un casque ».

Chris Bordmann

C’est donc dans le pays où sont parcourus le plus de kilomètres à vélo par habitant, les Pays-Bas, que les accidents de cyclistes sont les moins nombreux. Et personne ou presque ne porte de casque en dehors du vélo « sportif ». Il paraît même que le casque est utile pour… reconnaître les touristes et se méfier de leurs trajectoires aléatoires.

Mais, comme je ne vais empêcher personne de porter un casque s’il le souhaite, j’en ai trouvé un qui devrait répondre aux exigences de la police. Solide, noir, mais tout de même voyant grâce à ses lumières clignotantes, il vous permet même d’indiquer vos changement de directions grâce à une télécommande fixée au guidon.

Et lorsque vous roulez en hiver, pourquoi ne pas afficher un bonhomme de neige? Si avec ça on ne vous « voit » pas…

Idéal pour le vélo en hiver et « police compatible »?

Photo de titre par sabina fratila sur Unsplash