Arrivé Ystad, je voulais tout de même voir à quoi ressemblait la ville du commissaire Wallander et j’en ai fait un tour aussi rapide que celui de Rønne la veille. Une petite ville charmante, mais un peu trop peuplée de touristes en ce jeudi après-midi de juillet.
Le temps est aussi un peu gris et j’ai envie d’avancer un peu dans mon parcours afin de, peut-être, arriver chez mon ami Mats vendredi soir. Il reste plus de 330 kilomètres jusqu’à Borås et il va falloir pédaler un peu pour cela.

Ystad, tranquille dès que l’on s’éloigne un peu de l’hypercentre.

Je passe entre les averses au sud du pays et en fin de journée le soleil se glisse sous les nuages pour m’offrir une magnifique lumière quelques kilomètres durant à la tombée du jour.
À la recherche d’une «gatukök», ces kiosques qui proposent les traditionnelles saucisses avec purée de pommes de terre, je dois me rabattre sur un vendeur de hamburgers moins local pour assouvir ma faim à Kristianstad, avant de tomber sur un petit magasin d’alimentation où je refais le « plein » pour la soirée.

Bien m’en prend, car je roulerai tard. Il fait encore jour, mais vers 21h il est tout de même plus prudent d’allumer mes lampes, car j’ai aussi décidé d’aller jusqu’à Älmhult, la ville du premier magasin IKEA, la multinationale qui semble aujourd’hui avoir acheté toute la localité. Je fatigue un peu tout de même, me nourrissants de sucreries, comme les fameux «bilar», les bonbons en forme de voitures.

Vue du cockpit 😉
Des moulins à vent plus contemporains que celui rencontré en début d’étape.

C’est vers 23 heures que je pose ma tente dans un camping… Bien fatigué avec près de 200 km parcouru entre Bornholm le matin et le sud de la Suède en soirée. Les formalités à la réception du camping attendront demain matin et je monte ma tente à la lumière d’un lampadaire et de ma lampe frontale, non sans avoir admiré les lueurs du soleil couchant sur le lac.