Intermobility SA a remporté l’appel d’offres lancé par l’association Agglo Valais central en février 2022 pour l’exploitation de réseaux de vélos en libre-service dans la région. Les vélos en libre-service Velospot seront donc déployés en Valais central où ils prendront la place des Publibike, présents depuis de nombreuses années à Sion et à Sierre, dès le printemps 2023.

Aujourd’hui, dans le Valais central, les villes de Sion et Sierre exploitent des réseaux de vélos en libre-service. Leurs contrats respectifs avec l’entreprise Publibike arrivant à leur terme, l’association Agglo Valais central a émis la volonté d’étendre ce réseau à d’autres communes situées sur son territoire.

Un appel d’offres a ainsi été lancé en février 2022, afin de trouver un mandataire pour la mise en œuvre, la gestion et l’exploitation de ce nouveau réseau. Appel d’offres remporté par Intermobility SA qui exploite le réseau Velospot. La mise en service du nouveau réseau prévue au printemps 2023.

Le réseau projeté comprendra, dans un premier temps, près de 52 stations et 240 vélos répartis sur 12 communes: Ardon, Chalais, Conthey, Grône, Nendaz, Noble-Contrée, Salquenen, Savièse, Saint-Léonard, Sierre, Sion et Vétroz. La flotte sera composée à 70% de vélos à assistance électrique (25km/h). Au fil du temps et selon son utilisation, ce réseau sera appelé à évoluer et à se développer.


Commentaire

Publibike à Sion et à Sierre, Velospot à Martigny, rien ailleurs en Valais, si ce n’est Donkey Republic, qui gagnerait à être connu et développé dans nos contrées avec sa large diffusion à l’étranger, la situation n’est pas des plus « confortables » dirons-nous pour l’utilisateur qui a occasionnellement besoin d’une bicyclette en ville.

Pour l’usager, il est bien sûr plus intéressant d’avoir un opérateur unique sur l’ensemble du canton, vu que les autorités ne semblent pas se préoccuper de l’interopérabilité des systèmes. Un abonnement Publibike utilisable avec Velospot, ce serait plus pratique, non? Avant que les chemins de fer ne deviennent fédéraux, c’était aussi plus compliqué pour les voyageurs…

Mais le changement ne sera vraiment bénéfique uniquement si le nouveau prestataire est à la hauteur de la tâche et des attentes. Les premiers vélos Publibike n’étaient franchement pas terribles. Les actuels sont très bien pour leur usage et si l’application pour smartphone offrait un fonctionnement un peu aléatoire à ses débuts, c’est presque un sans-faute aujourd’hui. Fiable, rapide, Publibike est même intégré à Google Maps à Berne et Zürich. Face à l’application également limpide de Donkey Republic, celle de Velospot fait pâle figure et ce ne sont pas les notes des utilisateurs (1,3 sur 5 pour 133 notes sur l’App Store d’Apple) et leurs commentaires qui vont nous rassurer.

Au-delà de l’électronique, j’ai demandé à tester le système Velospot de Martigny (surtout les vélos eux-mêmes) durant quelque temps et reviendrai sur le sujet si cela est possible. En espérant que Velospot soit à la hauteur des attentes, car ce seront bien les usagers qui feront le succès, ou non, du vélopartage en Valais.