Plus de 50 % des accidents de vélo ne sont pas causés par les cyclistes eux-mêmes

Pour les les polices cantonales de Bâle-Ville, Vaud, Fribourg et de Suisse centrale, le titre ci-dessus se traduit par « près de 50 % des accidents de vélo sont causés par les cyclistes eux-mêmes ». Et il fallait intervenir, vite, en produisant la vidéo ci-dessous, « même si les chiffres de la Suva montrent que seuls 20 % des accidents de vélo sont des collisions ». En gros, le reste du temps, ils se font mal tout seuls, mais la vidéo se termine sur une collision.

Cycliste au quotidien, j’ose prétendre que je ne corresponds pas au portrait du cycliste dressé par ce film. Plutôt à l’aise dans le trafic, je ne compte plus les automobilistes qui me frôlent, qui ne respectent pas les bandes cyclables, qui me coupent la priorité (normal, ils ne m’ont « pas vu » vu qu’ils sont sur leur téléphone portable), qui se fichent totalement de ma présence (« tu es plus petit, tu dois faire attention« , c’est du vécu), ou qui ignorent l’existence de leur clignotant.

Plus souvent victimes que coupables

Selon le Rapport SINUS 2016 du BPA (page 38) «les cyclistes qui ont une collision grave sont des victimes innocentes dans plus de la moitié des cas (55%). Ils sont seuls responsables de 29% des collisions, et le responsable principal ou le coresponsable de 16% d’entre elles. La part des collisions graves subies par les cyclistes dans les giratoires est particulièrement importante. Dans 89% des cas, les usagers antagonistes sont seuls responsables.»

Mais c’est plus simple de s’en prendre à ceux qui sont déjà les plus vulnérables, faute de moyens mis dans les infrastructures adaptées. Un aménagement cyclable où un enfant de 8 ans n’est pas en sécurité n’est pas un aménagement cyclable. Point.

Automobilistes au téléphone 3,5 minutes par heure!

Pour les polices de notre pays, il faut donc effrayer cyclistes et piétons (cf la précédente campagne de la police) pour que la bagnole puisse continuer à circuler sans entraves. Alors oui, il y a des cyclistes qui roulent comme des « sauvages ». Mais ils ne sont ni meilleurs ni pires que le conducteurs de véhicules plus lourds. Qui respectent évidement les limitations, les STOP, les places de stationnement et ne consultent jamais leur téléphone au volant (comme il n’y a pas de raison que les conducteurs suisses soient très différents des américains, les résultats de cette dernière étude sont assez effrayants).

Le cycliste qui ne respecte pas les règles se met en danger lui-même. L’automobiliste fait courir un danger bien plus important aux autres. Et c’est étrange, je n’ai encore jamais vu de vidéo produite par nos polices basée sur « les infractions les plus fréquemment commises par les automobilistes ».

Le message: « Bien fait pour eux !»

Ce qui me dérange aussi dans la vidéo et la campagne en question c’est que la POLICE dise « vous voyez, c’est de leur faute à ces cons de cyclistes » et que les automobilistes continuent à faire n’importe quoi. Comme dans la vidéo d’ailleurs où le cycliste slalome (pas bien), mais doit éviter la voiture qui déboite sans faire attention (pas bien).

Dans l’ordre, la « conduite agressive » du cycliste:

Dépassement avec une ligne discontinue: autorisé (ou est-ce réservé aux autos?)
Dépassement avec une ligne discontinue: autorisé (ou est-ce réservé aux autos?)
Vélo dans une zone piétonne (pas forcément interdit selon les zones en question). Mais les piétons ont la priorité, c'est certain.
Vélo dans une zone piétonne (pas forcément interdit selon les zones en question). Mais les piétons ont la priorité, c’est certain.
Dépassement à l'entrée d'un giratoire alors que le trafic vers la sortie est bloqué et que le cycliste emprunte une autre sortie: je pense que je ferais pareil, peut-être un poil moins vite, mais pareil.
Dépassement à l’entrée d’un giratoire alors que le trafic vers la sortie est bloqué et que le cycliste emprunte une autre sortie: je pense que je ferais pareil, peut-être un poil moins vite, mais pareil.
Le cycliste a slalomé, pas bien. Et n'observe pas le clignotant de l'auto (rarement enclenché). Mais l'automobiliste déboîte sans trop se soucier non plus.
Le cycliste a slalomé, pas bien. Et n’observe pas le clignotant de l’auto (rarement enclenché). Mais l’automobiliste déboîte sans trop se soucier non plus.

Sur son trajet, on déplore d’ailleurs l’absence d’aménagement cyclables qui auraient évité tout problème.

Et après, si on veut parler chiffres, ils figurent dans ce document de la Suva:

  • 17 000 accidents de vélo par an pour un coût de 120 millions. Dont 3000 collisions (36 millions de CHF).
  • 500’000 accidents non professionnels par an, dont 4% sur le chemin du travail (comme dans la vidéo, du coup très représentative).
  • 45 000 accidents de football par an pour un coût de 180 millions de francs.
  • 52 000 accidents de la circulation routière, pour un coût de 674 millions de francs.
  • 176 000 accients dûs aux chutes et aux faux-pas pour un coût de 1,16 milliards de francs.
  • 155 000 accidents dans la maison et le jardin pour un coût de 600 millions de francs.

Pour la police, il était donc prioritaire de s’en prendre au 3000 collisions dont moins de la moitié sont dues aux cyclistes.

La Suva relève aussi que le handball, le hockey sur glace et le football sont les disciplines sportives présentant le risque d’accident le plus élevé (en nombre de blessés par million d’heures de pratique sportive).

Nombre de blessés par million d’heures de pratique sportive.
Nombre de blessés par million d’heures de pratique sportive.

On constate que le vélo n’est représenté que par le VTT, et très très loin dans le classement.

Et on se réjouit d’avance de toutes les vidéos produites par la police pour remettre tous ces inconscients sur le droit chemin.

Les conseils de la police

Enfin pour faire bonne mesure, les précieux conseils de nos autorités « pour la sécurité à vélo », avec mes commentaires:

  • Contrôler régulièrement les freins, les pneus et le phare. Je dirais même les phares.
  • En début de saison, confier le vélo à un spécialiste pour un service. Bonne idée si vous n’êtes pas spécialiste.
  • Porter un casque correctement ajusté. Bonne idée, si j’en ai envie. Dans les pays où le vélo est le plus développé, personne ou presque ne le porte, car ce m’est pas nécessaire.
  • Visibilité: allumer le phare toute la journée et porter des vêtements clairs et réfléchissants. Ça ne sert à rien si les automobilistes ne regardent de toute manière pas ce qu’il y a autour d’eux. Et si je ne le fais pas, ça va être de ma faute aussi?
  • Prévoir suffisamment de temps. Valable pour tout le monde, mais surtout en voiture.
  • Rouler avec prudence et prévoyance. Avec l’expérience, je vous jure que vous roulerez avec prudence et prévoyance, à la limite de lire dans les pensées de l’automobiliste (quand il pense).
  • Respecter les règles de la circulation et les autres usagers de la route. Evident.
  • Dans les giratoires, toujours circuler au milieu de la chaussée (meilleure visibilité, pas de risque de se faire couper la route). Evident et applicable ailleurs aussi, comme lorsqu’il n’y a pas de place pour se faire doubler en sécurité.
Joakim Faiss

Auteur : Joakim Faiss

Père de famille - Cycliste - Journaliste - Rédacteur en chef du Magazine Vélo Romand. Vélos actuels: Thömus Sliker (route), Rocky Mountain Element 970 (VTT), Specialized Diverge Expert (gravel), Specialized Crux (cyclocross), BMC Alpenchallenge (urbain). Bière préférée: Velosophe,Triple Karmeliet Pratiques: Vélo de route, cyclocross, VTT cross country, VTT marathon, VTT all-mountain. Où est le problème?

26 réflexions sur « Plus de 50 % des accidents de vélo ne sont pas causés par les cyclistes eux-mêmes »

  1. « Avec l’expérience, je vous jure que vous roulerez avec prudence et prévoyance, à la limite de lire dans les pensées de l’autommobiliste (quand il pense) »

    Merci! Une perle celle-là!

    On devrait organiser des stages obligatoires à vélo pour tout automobiliste, ainsi, peut-être que certains prendraient conscience du danger que l’on encourt.

    L’obligation de repasser régulièrement son permis de conduire (au moins la théorie) devrait être également obligatoire.

    1. Oui!! Exactement! J’y pense constamment! Une semaine entière à vélo, matin midi et soir pour tout.e aspirant.e au permis de conduire! Et sans aide électrique pour bien percevoir le fonctionnement du vélo! Dans les villes où tout le monde va à vélo, les automobilistes sont beaucoup plus respectueux.ses, ce n’est pas un hasard! Lausanne est un enfer pour cyclistes, avec un taux d’agressivité maximal des autres usagers de la route, et aussi de la part de la police.

  2. Fin de la vidéo : « Il a encore dû crever » selon M. Lambert
    L’allusion est de très mauvais goût
    On se permet de dire que les animaux crèvent au bord de la route
    Mais pour les êtres humains s’est une insulte
    Honte à SUVALIV

  3. C’est une véritable honte de la part de Suvaliv et de la police qui soutient cette vidéo
    Passez un moment dans les hôpitaux pour voir ce que cela peut donner !!
    Encore un cycliste qui disparaît aujourd’hui (Scarponi) et je ne penses pas que lui ou quelqu’un d’autre mérite de « crever » comme vous le dites si bien !!
    Vous devriez plutôt aller voir dans les pays nordique pour voir ce qu’il est possible de faire pour les cyclistes plutôt que de pondre des vidéos pareilles .

    J’ai honte pour vous

  4. Il faut admettre que la vidéo est un peu « hard » mais il faut admettre
    aussi qu’en temps que cycliste nous somme des usagers faibles.
    Alors je ne pense pas que la police critique les cyclistes pour le plaisir,
    leur but est de sensibiliser un maximum de personnes, y compris
    les automobilistes, au danger de tout les jours…
    En temps que cyclistes nous devons toujours tenir compte que nous
    ne feront JAMAIS le poids face à une voiture et cela certains l’oublient trop souvent…
    Maintenant il est vrai que CERTAINS automobilistes n’ont pas toujours conscience
    du danger qu’ils nous font encourir en nous dépassant d’un peu trop près.
    Mais tout cela, le mieux, c’est de l’admettre et de ne pas prendre çà comme une critique
    vis à vis des cyclistes car ce n’est pas demain la veille que cela risque de changer…

    Bien à vous

    Phil

    1. Là est bien le problème et le vrai scandale: plutôt que de mettre en oeuvre de vraies solutions pour protéger les cyclistes (qui existent et sont connues dans les pays qui ont une vraie politique de promotion du vélo), on préfère faire passer les cyclistes accidentés (responsables dans seulement 28% des cas selon une étude de l’OFROU (voir mon autre commentaire ci-dessous) pour des gens qui « roulent comme des cons ».

      Le vélo en soi n’est pas dangereux et je crois que chaque cycliste sait qu’il est dangereux de circuler entouré de voitures. Mais à lire les réactions des automobilistes (pas tous, certains, en effet, il n’est jamais bon de généraliser, mais comme police et Suva le font…) sur les réseaux sociaux, je ne suis pas certain que cette campagne les sensibilise à quoi que ce soit. Si ce n’est de les conforter dans leur idée que les cycliste sont de toute manière des cons qui ne respectent rien et que ce qui leur arrive est bien de leur faute.

      Cela dit, bonne route 😉

      Joakim

  5. Au delà du côté cliché lamentable, sexiste et stigmatisant (à plus d’un titre) de cette vidéo, le seul argument avancé pour étayer le propos est complètement tendancieux et invérifiable.

    En effet dans presque 50% des cas…? Existe-t-il une étude détaillée mettant en relation quel type de comportement à vélo est plus ou moins accidentogène? Est-ce juste une déduction d’automobiliste estimant que telle ou telle façon de piloter est suicidaire?

    Entièrement d’accord avec le commentaire de Dan ci-dessus, la situation présentée n’est que très peu réaliste. D’accord également avec le fait que si la voiture met son clignotant, on ne le voit pas et que dans ce cas l’accident relève de torts partagés.

    Et d’accord également qu’il paraît inadmissible aujourd’hui d’utiliser des images aussi débilisantes pour faire passer un quelconque message. Qui plus est, dans ce cas, noyés dans autant de clichés surannés.

    J’ai été presque choqué, jusqu’à ce que je voie qui sont les partenaires institutionnels de ce spot exécrable.

  6. visiblement la vérité blesse fortement… je suit absolument d’accord avec cette pub, j’en voit tous les jours des cyclistes qui ne respectent aucun code, rouler sur les trottoirs( qui me semble t’il sont réservés aux piétons), irrespect du code de la route ( les panneaux c’est pour les autres), irrespect des limitations de vitesse. Quand je descend la route de saint Cergue en me fesant collé au pare choc non pas par un motard ou une auto, mais belle et bien par un vélo, et qu’à la première ligne droite je me fait doublé par ce cycliste, vous pensez sérieusement que c’est normal??? Et dans tout ça, si un jour je m’en prend un sans que ce soie ma faute, dois-je vivre avec son décès sur la conscience toute ma vie ???? Lorsque ils deviennent cycliste, il oublie qu’il sont aussi automobilistes, il ne s’assure pas que l’automobiliste l’aie vraiment vu… bah non, il devrait alors peut être poser le pied par terre. Une petite expérience, un jour j’étais arreté au feu rouge en tête de file, un vélo se place à côté, et qu’est ce que je m’aperçois?? Il es appuyé sur ma voiture pour ne pas poser le pied par terre!!!! En suite entre deux village, j’arrive dans un virage sans visibilité, j’avais fort heureusement ralenti, que vois-je en sortie de virage ? 5 vélos qui étais côte à côte et prenait toute la route… il me semble que les règles son simple à vélo, faudrai déjà commencé par les respecter et respecter les autres usagers de la rouge et des trottoirs. Ça fait longtemp que je dis que les cyclistes sont dangereux, pour eux-meme et pour nous  » autres usager ». Au final c’est eux qui prennent le risque de ne plus revoir leur famille en se comportant de la sorte.

    1. Oui, la vérité blesse fortement, il faut juste savoir de quelle vérité on parle. Des anecdotes de « tous les jours » d’automobilistes qui me mettent en danger, je peux aussi vous en servir à la pelle. A la base, nous sommes tous des humains, tous pareils, ni meilleurs ni pire que les autres, bien au contraire.

      Ce que j’attends par contre de nos « autorités » lorsqu’elles pondent des campagnes de prévention, c’est qu’elles ne se basent pas sur des anecdotes, mais sur des faits, des chiffres, en utilisant les bons et de manière honnête.

      Les chiffres justement. Selon une étude de l’Office fédéral des routes (https://www.astra.admin.ch/astra/fr/home/documentation/donnees-des-accidents-de-la-suisse/publications.html), consacrée aux accidents de vélo entre 2011 et 2014, les cyclistes ne sont responsables que de 28% des accidents dont ils sont les victimes. Voilà.

      Tous les cyclistes savent que le vélo n’est pas dangereux en soi.
      Et qu’il est très dangereux de rouler au milieu des voitures, ils le savent aussi.

      Le vrai scandale, c’est que rien n’est fait pour limiter ce danger chez nous. Bandes cyclables qui ne protègent de rien, qui s’arrêtent avant les carrefours, sales, pas déneigées, carrefours mal fichus, giratoires inadaptés et j’en passe. Pourtant les solutions existent et sont appliquées dans d’autres pays.

      Ici, tout ce qu’on fait, c’est de dire: « Mettez un gilet jaune, un casque, faites attention, débrouillez-vous et surtout s’il vous arrive quelque chose n’oubliez pas que ce sera de votre faute. » Puisque l’on parle beaucoup de respect, je ne trouve pas cela très respectueux de la part de nos autorités.

      L’actualité malheureuse de samedi à Orbe (http://www.vd.ch/autorites/departements/dis/police-cantonale/medias/communiques-de-presse/archives/2017/avril/23/articles/accident-mortel-de-la-circulation-a-orbe-5/) vient encore de le démontrer: un carrefour indigne pour les cyclistes (allez voir sur Google Maps…), une chute à cause de rails (probablement selon la police) et une voiture qui n’arrive pas à éviter la malheureuse.

      Entre des aménagements indignes et les voitures, un résumé douloureusement tragique de la situation des cyclistes en Suisse romande.

      1. « Ce que j’attends par contre de nos « autorités » lorsqu’elles pondent des campagnes de prévention, c’est qu’elles ne se basent pas sur des anecdotes, mais sur des faits, des chiffres, en utilisant les bons et de manière honnête. »

        Si nos « autorités  » n’en sont pas (plus?) capables, c’est le début de la fin; soit nous évoluons (en tant qu’espèce) et prenons conscience que nous sommes tous interconnectés et que chaque action a des répercussions, soit nous régressons au stade de œil pour œil, dent pour dent.

        Que nous soyons cycliste ou automobiliste, il nous incombe personnellement d’être responsable de nos actes, sans besoin d’un flic derrière chaque arbre.

        Si j’attends 2min derrière un cycliste car il n’est pas possible de le doubler, je le fais pour sa sécurité. Je ne le fais pas pour obéir à une loi, ou par un altruisme mal placé, mais parce que tuer ou blesser cette personne aura de lourdes répercussions pour elle-même et son entourage.

        Malheureusement, comme le message envoyé par nos « autorités  » le montre, j’ai plutôt l’impression que la conscience humaine se dirige vers une polarisation stérile des débats sans réflexion de fond ni introspection.

        J’espère me tromper.

    2. Mais tu as vraiment un tout petit cerveau toi non ? Tu vis encore au siècle dernier je pense.
      Clairement il faut que tu mettes les fesses sur une selle en pleine ville autour de 19h, et tu vas comprendre ta douleur, plutôt que de bafouiller tes pauvres anecdotes de routes de campagne qui arrivent tous les 36 du mois.
      J’habite Lyon, fais du vélo tous les jours, et pas un ne passe sans que je manque de me faire renverser par un automobiliste inattentif, même et surtout sur la piste cyclable ! Et c’est marrant, mais je prends aussi de temps en temps la voiture, et je trouve que les incivilités (je ne parle pas des infractions, ne pas confondre) sont bien plus fréquentes de la part des automobilistes.
      A bon entendeur

      1. Peut être petit, mais au moi. Je l’allume le matin quand je me lève, et les anecdotes de campagne alors que les vis en plein lausanne… comment te dire. Mais à ce que je voit c’est du discour de sourd, au lieu de faire un point sur soit même…et dites plutôt merci que des connard comme moi existent, parce que je fait encore partie des gens qui vous sauve la vie… ciao

  7. NIDRIG: Je suit complètement d’accord avec vous, et c’est ce que je dis depuis longtemp. Manque d’introspection et individualisme total de la part de la plupart de la civilisation, et là je ne parle pas seulement de la route, cycliste ou non… ca vas malheureusement avec notre société actuelle, je le voit à longueur de journée. On m’a enseigner le respect, et par la n’entend le respect de tout individu, je pense aux autres avant de penser à moi, et je fait preuve d’un maximum d’anticipation. Ce qui me coûte certe un peu de temp, mais je rentre l’esprit tranquille. Ce que je trouve dommage, c’est tout comme les motards qui double sur la ligne centrale de l’autoroute, certains oublie qu’on ne vous entend pas, et suivant comment on ne vous voit pas arriver, alors ca peu surprendre dans une ville à 50km/h de se faire doubler par un cycliste à 80. Encore une fois, les cyclistes sont plus vulnérables, aurons plus de mal que l’automobiliste. Alors oui, il y a beaucoup d’automobilistes qui ne sont pas à leur affaire, ca clairement je ne dis pas le contraire… et je suit d’accord aussi pour dire que les aménagements cyclables n’on pas forcément été réfléchit de manière optimale. Simplement avec un minimum de respect de chacun tout pourrais se passer mieux. Je ne suit pas contre les cyclistes, ni pour les automobilistes car malheureusement je pense que le 80% conduise par nécessité et non pas par plaisir. Je le vit et le voit tous les jours, et encore une fois, c’est la mentalité » il n’y a que moi qui compte  » qui doit impérativement changer.

    1. Tout à fait, j’ai l’impression d’assister à la fin d’une civilisation, un peu comme une machine devenue folle (notre égo) qui navigue sans maître.

      À partir de là, deux choix; l’éveil que nous sommes une conscience unifiée ou l’autodestruction douloureuse.

      Pour en revenir au sujet, en tant que cycliste, je respecte la LCR et fait en sorte d’être le plus prévisible possible. Pourquoi ? Car en tant qu’automobiliste conduire de nos jours devient une sinécure ; entre les limitations de vitesse qui changent tous les 10 mètres, des travaux tous les 5, une densité de trafic toujours plus folle et les incivilités croissantes, avoir des 2 roues qui surgissent de nulle part et sont imprévisibles génère un stress non négligeable.

      Je suspecte d’ailleurs que ce soit là une des origines de cette animosité envers les cyclistes ; une accumulation inconsciente de situations stressantes, qui finissent par conduire à une généralisation des comportements (on s’attend au pire). Cet effet est valable dans l’autre sens également. Nous sommes toujours « sous tension », prêt au pire avec notre niveau de tolérance qui s’abaisse inévitablement. Au moindre accrochage (ou « débat » sur la sécurité routière) on est prèt à en découdre, physiquement ou par les mots, comme une soupape qui se vide.

      Mais qui est prêt à remettre en question ses croyances et habitudes?

      Avec ce clip, on croirait à une mauvaise publicité électorale, il ne manque plus que le débat où les candidats se tapent dessus.

  8. Je ne vais même pas regarder ce clip car ça risque fort de m’agacer.
    Je suis une fille qui fait du vélo. Une maman aussi. Donc, par principe, je respecte scrupuleusement le code de la route.
    Parce que,
    1. J’ai pas envie de mettre ma vie en jeu
    2. Si je fais une variante, je vais me faire klaxonner …
    3. C’est mon choix d’être cool & clean sur mon vélo !
    Mais malgré tout, je suis verte de trouille sur les grands axes.
    Les camions, les camionnettes de chantier, les voitures de sport et les 4×4 … c’est eux les pires. Je roule bien à droite, et je fais quoi si j’ai une grille, un trou, un raccord de goudron mal fait, je fais un petit égard afin d’éviter que ma roue se prenne un coup et moi avec.
    Danger – danger. Le véhicule derrière, il sait pas que j’évite un « obstacle » … et du coup vu qu’il me colle parce qu’il s’impatiente de dépasser … je vais me prendre un gros coup de Klaxon pour mon écart.
    Et voilà voilà la vie de cycliste.
    Alors je prends ma voiture, je charge mon vélo et je vais en dehors des grands axes.
    Je sors du traffic pour rouler au calme.
    Pas très ecolo ma démarche mais au moins, la peur me quitte et je peux apprécier ma route sans tension.
    Et si un jour la Romandie s’offrait de vraies infrastructures pro-vélo ?
    Annecy et sa piste cyclable est un must touristique, je rêve d’un tour du Léman 100% en sécurité. Comme autour du lac de Constance…
    Rêvons …

    1. Merci Marie pour ce témoignage apaisé de quelqu’un qui fait « tout juste » et qui doit « s’exiler » pour se sentir en sécurité. Et pour le rêve, je le partage, avec d’autres encore 😉 Bonne route!

  9. Quand j’ai vu la video je suis tombée par terre!
    À Genève c’est l’enfer. Cette semaine une voiture presée voulait doubler la voiture qui attendait pour tourner à gauche, la voiture a brusquement rentré sur la piste cyclable sans regarder si quelqu’un venait. Heureusement pour moi (le cycliste) j’ai « lu dans sa pensée » et du freiner à fond en même temps que je m’écarté à droite. Le conducteur m’a vu après et n’a même pas fait un signe pour s’excuser. C’est grave!!!!!

  10. « On constate que le vélo n’est représenté que par le VTT, et très très loin dans le classement. »
    Haha, je me sens tellement plus en sécurité quand je roule en VTT à balle sur mes single tracks accidentés de montagne et bike park qu’en centre ville.

  11. Mais c’est fantastique tout ça. En campagne a 5km.h au milieu u de la route en sortie de virage. J’en vois tous les jours.

    Ca crame les stops apres ns avoir bien regardé… Tu piles tu klaxxonnes on te fais un doigt. Ca fait du vélo sur des routes limitées a 90 le matin en semaine a l’heure ou tout le monde va au bureau.
    Ah bah oui c dangereux de faire du vélo mais faut arretter de dire que les vélos sont de pauvre petit parce qu’on prend trois exemple de gros beauf sur le net.

    1. Ah, ces cyclistes, trop lents sur les routes, trop rapides dans les rues…
      En Suisse, on doit être capable de s’arrêter sur la moitié de la distance visible, donc l’histoire du cycliste en sortie de virage ne tient pas. Et sur une route de campagne de 3-4 m de large, en roulant à 1m du bord pour éviter les trous, débris et saletés en tous genres, on est vite à ce qui ressemble « le milieu de la route » pour un automobiliste. Et à 5km/h, il faut me les présenter, car cela témoigne d’un sacré talent d’équilibriste.

      Les routes à 90 km/h (par ailleurs déjà à 80 en Suisse et notre pays ne s’en porte pas plus mal, mais il est plus petit me direz vous, et c’est un autre débat) ne sont pas interdites aux vélos que je sache et parfois c’est même le seul itinéraire possible, aussi pour aller bosser à vélo (si, si, c’est possible, certains le font).

      Alors non, les cyclistes ne sont pas des « pauvres petits », mais ils ont le même droit que tout le monde d’utiliser les routes qui leur sont ouvertes (restez sur l’autoroute pour faire de la voiture si cela ne vous plaît pas) et demandent juste de ne pas se faire écraser par des gens qui pensent que la chaussée est à leur usage exclusif.

Répondre à nidrig Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *