A bon entendeur n’aime pas Stromer…

Que ce soit clair d’entrée, je suis ici chez moi, je teste des trucs que j’ai achetés (dans le cas contraire je le mentionne, même si je ne suis pas à vendre), j’en parle si j’en ai envie et ça intéresse qui ça intéresse. Premier « disclaimer ». Second « disclaimer »: oui, mon épouse vend des vélo électriques Stromer, à l’enseigne de Stromercenter.ch, à Sierre. Je suis donc assez directement intéressé à cette marque et à ce qui peut s’en dire.

J’ai ainsi trouvé assez, comment dire, « petit » le procès fait à Stromer dans l’émission A Bon Entendeur du mardi 29 avril 2014. On y parle de vélos électriques et des pannes qui peuvent survenir. Pour illustrer le propos: deux témoignages de clients malheureux avec des Stromer V1 (les premiers modèles, dont une série a effectivement été victime de pannes). Des clients qui ont bénéficié d’un vélo de remplacement pendant les réparations sous garantie.

ABE-stromer

La RTS ne recule devant aucun gros plan sur le nom de la marque et insiste sur les témoignages. Le message est clair: à ce prix (dès 4’000.-, ce qui est une somme importante pour un vélo, un peu moins si l’on songe qu’il remplace aisément une voiture dans certains cas) les pannes sont interdites. J’aimerais bien entendre le même discours pour les bagnoles à 50’000.- (vu l’importance des annonces publicitaires dans ce domaine, la RTS ne risque pas trop de s’avancer sur ce terrain miné). L’émission précise bien que Stromer n’est pas la seule marque touchée par des pannes. Précisions en quelques secondes après des minutes d’images de Stromer, un dédouanement vite fait, mal fait.

Mais bref, le problème n’est pas là. On peut souligner les problèmes, critiquer, relativiser un discours marketing. OK. Mais après, on fait aussi son boulot, le journalisme de « porte-voix » et de témoignage a des limites. On pouvait donc se réjouir du test de vélos qui allait suivre. Car les pannes ont touché les Stromer V1 (les premiers modèles, rappel…) Depuis, la marque suisse a mis sur le marché un nouveau modèle le ST1 (sans les quelques souci de son prédécesseur) et, au printemps, le ST2, plus cher, mais aussi plus puissant, endurant et connecté.

Le Stromer ST1, pas testé par votre télé.
Le Stromer ST1, pas testé par votre télé.

Mais non, il n’y aura pas de test de Stromer dans l’émission de « notre » télévision. Rien, nada, que dalle. Pour dégommer, on peut citer la marque, mais quand il s’agit de l’essayer, elle n’existe même plus. Drôle de procédé pour une télévision pour laquelle je suis obligé de payer, même si j’ai toujours moins envie de la regarder.

Et si vous voulez faire le job que la RTS ne fait pas et essayer un vélo, ne vous gênez pas… 😉

Et d’autres que la RTS ont essayé le nouvel ST2


Joakim Faiss

Auteur : Joakim Faiss

Père de famille - Cycliste - Journaliste - Rédacteur en chef du Magazine Vélo Romand. Vélos actuels: Thömus Sliker (route), Rocky Mountain Element 970 (VTT), Specialized Diverge Expert (gravel), Specialized Crux (cyclocross), BMC Alpenchallenge (urbain). Bière préférée: Velosophe,Triple Karmeliet Pratiques: Vélo de route, cyclocross, VTT cross country, VTT marathon, VTT all-mountain. Où est le problème?

9 réflexions sur « A bon entendeur n’aime pas Stromer… »

  1. Bonjour, le Stromer est le plus joli, le plus maniable, le plus efficace etc… à mon goût.
    J’ai une version 1, à part le cadre et le moteur, le guidon, la selle, tout s’est cassé. L’ordinateur de commande, le même que le ST1 déjà changé 3 fois. La pince de frein avant qui fuyait. La roue libre de la cassette m’a cassé subitement en pleine montée et je me suis fait très mal, la pédale droite a fichu le camp de son axe, l’axe de pédalier à cassé j’avais les 2 pédales l’une à côté de l’autre et j’en passe. Oui on m’a prêté un vélo lorsque j’ai réparé le miens, mais mon 48km/h a été remplacé par un 33km/h et il a fallu attendre 6 semaine par exemple pour obtenir la cassette de pignons qui contient la roue libre. Mon vélo entretenu régulièrement chez Strömer et je n’ai roulé que sur du goudron, pesant 75kg, on peut pas dire que mon véhicule ait été fortement sollicité sur les premiers 8’000km où ces pannes se sont produites. 2 collègues de travail ayant achetés le ST1 après mon V1, ont eu nombre d’ennuis similaires. Pas de retour sur le ST2. En résumé, si j’avais acheté un vélo à CHF600.- chez Jumbo, je n’aurais pas pu râler, car on en a que pour son argent. Quand j’achète un vélo à CHF5500.-, c’est une déception quand on rencontre autant de problèmes et que sur la nouvelle version du ST1 deux connaissances rencontrent nombre de soucis identiques. Mon précédent vélo, un course à CHF1900.- a parcouru plus de 30’000km sans la moindre casse.
    J’ai toujours mon Strömer et me demande ce qu’il va encore m’arriver avec. Acheter un nouveau Strömer, j’hésite au vu de l’expérience et de celle de mes 2 connaissances. Pourtant je trouve ce vélo génial. Le ST2, encore plus beau et plus bestiale, un jouet avec des gadgets, j’adore. Mais malgré la force du franc fort et le fait que toutes les pièces sont produites à l’étranger, il reste CHF7’000.-, ç’est pas donné et aucune diminution de prix en vue…… Bonne route !

    1. L’idée du billet n’était pas tant de justifier les problèmes de Stromer avec ses V1 et, apparemment le ST1 aussi, mais plutôt de souligner le boulot plutôt mal fait à mon avis de la RTS qui, pour illustrer les problèmes des VAE, ne prend exemple que sur une seule marque. Et ne l’inclut ensuite pas dans le test des vélos en vente sur le marché au moment dudit test.

      Ce qui n’enlève évidemment rien aux problèmes évoqués, ni au SAV apparement perfectible de la marque bernoise.

      Bonne route aussi, avec ou sans courant 😉

      1. Bonjour Joachim,
        Je suis avec beaucoup d’attention les essais et différents avis sur les vélos STROMER. En effet, je cherche à complètement remplacer mon mode de transport (actuellement BMW R1150R) pour me rendre à mon travail (28km aller), et je recherche un vélo confortable;solide et performant tant en matière d’autonomie que de fiabilité. Aussi, j’ai pensé au STROMER ST2 P48 qui me parait parfait, mais j’ai quelques hésitations suite à ce que je lis; cependant, il est à noter qu’il y a plus de bon que de mauvais; par contre, il semblerait qu’il n’y ait pas de distributeur de la marque sur Toulouse (France). J’avais même pensé au erockit, mais à ce niveau de prix, autant continuer chez BMW en passant sur une R1200RT. Voilà, j’aurai bien aimé avoir ton avis ou celui d’autres bloggers quand à mon choix.
        Merci et bonne route à toutes et à tous.
        Fred

    2. Oui je suis d’accord avec vous, vu le prix de stromer la qualité est vraiment médiocre. A mon avis techniquement stromer ST1 ne vaut pas plus qu’un velo de 2000 chf.
      C’est vraiment dommage qu’on paye juste pour la marque.

  2. Un véhicule cher doit offrir une qualité irréprochable triple:
    1 tests intensifs avant la mise sur le marché: rappel des Porches 991 GT3: vis acier sur bielles titane=désastre rapide.
    2 le moindre changement de fab./process APRES, même si la spec. de la pièce ne change pas, doit être rapporté et tracé des tiers 3 jusqu’à l’assembleur: ça trace facile les nouveaux(after test) problèmes: Moins de rappels chez Hyundai Kia ou FCA que GM Toyot. Ford, VW, MB, BMW, etc par exemple.
    3 faut des testimonaux et tests crédibles.
    Conclusion: ma nouvelle caisse à 1 an, zéro défauts, zéro pannes, qualité ok, mais 153 km au compteur quand je l’ai reçu.Cqfd. J’en attendrais autant d’un Stromer.PS

  3. Le S tromer reste cher pour ce que c’est, de plus avec le moteur à l’arrière impossible de réparer une crevaison sur place et il faut être doué pour le faire à la maison soit-même, donc …. immobilisation. Mieux vaut prendre un vélo avec moteur central Bosch. On en trouve à moins de 3000fr.
    mais n’oublions pas qu’après au maximum 4 ans il faut changer l’accumulateur et ça coute minimum 700fr! Pour rentabiliser un vélo élèctrique il faut au moins parcourir 2000km par année, donc considérer l’achat si on veut se déplacer professionellement et donc moins rouler en auto.
    les ventes de e-bike commencent à se tasser. si les chiffres augmentent c’est la mode du vtt électriques qui sont un abhération.

  4. Bonjour,
    Début avril 2018 j’ai acheter un ST1X dans l’objectif de me rendre au travail en vélo. Je suis frontalier et le parcours est de 32 km aller, soit 64 km aller/retour. Les 15 premiers jours (~ 400 km) : que du bonheur ! J’ai cependant rencontré une première perte de puissance durant la 3ème semaine d’utilisation, l’aide au pédalage n’était plus aussi homogène. J’ai mis cela sur le compte d’une fausse manip (custom moteur), mais le même incident s’est reproduit durant la même semaine. Cela m’a amené à rendre visite à mon revendeur qui m’a tout simplement répondu que le moteur était en surchauffe et diminuait donc l’assistance. J’ai acquiessé sur le coup pensant tout de même que si le moteur était déjà en surchauffe à 7 h le matin par 10°C, j’allais rapidement avoir des problèmes. J’ai pris mon mal en patience mais le phénoméne à persister, je suis retourné voir mon revendeur en faisant un peu le forcing : le vélo est passé à l’atelier et le mécano m’a tout de suite mis dans la confidence : c’était la maladie Stromer, le capteur de force … Il m’a également indiqué qu’en cas de surchauffe moteur un message était envoyé à l’utilisateur via l’OMNI, donc mon premier interlocuteur avait évacué le problème en prétextant une surchauffe moteur. Le mécano à étalonné le capteur via un menu caché et je suis reparti, heureux ! Bonheur de courte durée car 2 trajets plus loin le phénomème était à nouveau présent. Le mécano m’ayant indiqué comment étalonner le capteur, je me suis mis à étalonner le dit capteur assez régulièrement pour plus ou moins de bonheur. Finalement, 5 semaines après son achat et 1500 km parcouru, le vélo est retourné chez le revendeur : capteur TMM défecteux. Ce fameux capteur à été changé mais selon le mécano le vélo renvoie toujours des messages d’erreurs et il ne sait pas comment résoudre le problème hormis contacter Stromer.
    Je suis décue car on m’avait vendu un vélo haut de gamme et je constate que quelques années après les problèmes persistent.
    Je suis doublement décue du fait que Stromer n’est pas répondu a mes questions et que mon revendeur joue maintenant le jeu du « ce n’est pas moi qui fabrique le vélo ».
    Cordialement,
    Laurent

    1. Merci pour votre retour d’expérience.

      Et oui, le service après-vente semble plutôt déficiant en l’espèce, ce qui est évidemment dommage. Ce qui est plus étonannt est que le problème semble connu, mais que personne ne veuille s’en occuper…

      Sans remettre en cause cet aspect, je déplorais juste (mais ça commence à dater) que ABE « démonte » une marque sans l’intégrer par la suite dans un comparatif où elle aurait eu sa place avec un autre modèle de vélo.

      En espérant que cela s’arrange de votre côté et bonne route à vélo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *