Test: le Merida 96, efficace en diable pour du vrai VTT

Un vélo diablement efficace dans les terrains difficiles.

Après les premiers tours de roues avec mon Merida 96 réalisés en mars dernier, j’ai désormais davantage de recul, et surtout de kilomètres, au guidon de cette monture. J’ai aussi eu le temps de m’aligner au départ de plusieurs courses, histoire de pousser homme et machine dans leurs derniers retranchements.

Autant le dire tout de suite, ce vélo est une merveille. Suspensions bloquées, rien ne bouge et les bosses roulantes s’avalent comme sur un tout rigide. A l’avant, rien à dire sur la Fox, qui fonctionne comme une Fox: souple et sensible sur les petits chocs, tout en gardant de la marge dans un terrain plus défoncé.

A l’arrière, et cela peut paraître paradoxal, ce n’est pas dans les descentes que la suspension me semble le plus utile. Elle déploie toutes ses qualités dans les terrains défoncés, au plat ou dans des faux-plats montants. Là, on appuie sur les pédales et le bike se charge d’absorber les irrégularités du sol. Redoutable, comme dans les descentes pas trop raides. Lorsque la pente devient très forte, la suspension arrière est trop délestée pour changer grand chose au fait que la roue arrière suit juste l’avant du bike…

Petit résumé des activités "VTT" ces derniers mois.

Bref, dès que le terrain devient cassant, à plat, en montée ou à la descente, la suspension arrière fait vite oublier l’embonpoint qu’elle inflige au vélo. Un constat valable pour les courses très courtes (de 45 minutes à 1h30) du début de saison. Outre la meilleurs motricité générale, le gain de confort devrait être encore plus bénéfique sur des parcours plus longs, de type marathon. A confirmer plus tard dans la saison. Mais pour l’heure, rien ne me fait regretter le choix de ce retour au tout-suspendu après quelques saisons d’intérim sur un semi-rigide.

En course, lors de la manche de la Souste du papival Bike Tour. Photo Flick'r - Valesco

Parmi les petites choses que j’ai modifiées, ou que vais modifier assez rapidement:
– les poignées sont constituées d’une double couche de caoutchouc entre lesquelles l’eau (de lavage ou de pluie…) s’infiltre et dégrade le grip (la couche supérieur glisse et se déforme).
– les roues, assez lourdes, ont été remplacées par des Crossmax SLR.
– les pneus (des Schwalbe Rocket Ron), trop fragiles pour un poids-lourd come moi (>75 kg), ont fait place à des Maxxis Crossmark et Larsen en Tubeless (2.1). Solidité, sécurité, polyvalence. Des valeurs sûres dont je connais le comportement, cela aide aussi.
– le guidon va être changé pour un modèle semi-relevé, histoire d’offrir une maîtrise encore meilleure dans les secteurs bien techniques, mais là, c’est vraiment très personnel.

Pour le reste, rien à dire. Les Magura Louise sont efficaces et endurants. Près de 800 kilomètres, souvent dans des conditions difficiles en ce printemps humide, et rien n’a bougé. Les plaquettes sont encore bonnes et les conduites sont encore exemptes d’air. La première purge semble encore loin. L’équipement Shimano XT ne souffre d’aucun commentaire: efficace et sans chichis. Le fonctionnement est plus souple que mon Sram XO de l’an dernier, amis les deux me conviennent. Tant que cela fonctionne, je n’ai pas vraiment de préférence.

Voilà. Si vous faites du VTT ailleurs que sur des routes forestières, mais sur des sentiers, à la montagne, dans des terrains difficiles, tout en cherchant une monture efficace en compétition, ce Merida 96 ne devrait pas vous décevoir.

Joakim Faiss

Auteur : Joakim Faiss

Père de famille - Cycliste - Journaliste - Rédacteur chez Vélo Romand et chef ici ;-). Vélos actuels: Thömus Sliker (route), Rocky Mountain Element 970 (VTT), Specialized Diverge Expert (gravel), Specialized Crux (cyclocross), BMC Alpenchallenge (urbain). Bière préférée: Velosophe,Triple Karmeliet Pratiques:VTT, route, cyclocross. Devise:Où est le problème?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *