C’est la sortie dont je ne me lasserai je pense jamais. Le seul hic étant que la montée est tout de même assez longue et pentue, surtout si vous faites l’impasse sur la cabine Dorénaz-Champex d’Alesse.

Le sentier, au sommet de la montée, avec la vue sur les Dents du Midi.

Je me souviens qu’à la naissance de ma fille, en juillet 2000, j’avais profité de quelques jours de congé pour y grimper quatre jours de suite. L’euphorie du jeune papa, certainement 😉

Un sentier à flanc de coteau, comme on les aime.

Aujourd’hui, vingt ans plus tard, je ne suis pas certain de pouvoir enchaîner aussi facilement quatre montées au Portail, même en prenant la cabine.

Ça monte, longtemps…

Ce qui par contre est certain, c’est que l’émotion est toujours la même sur ce chemin en balcon avec sa vue sur le mont Blanc. Nostalgie du papa désormais un peu plus vieux ou plaisir sans cesse renouvelé de parcourir ce coin magnifique à vélo?

La vue en direction du Grand Combin.
Les vélos changent, le plaisir reste.

Peu importe, car si l’émotion et le plaisir sont toujours pareils, la journée est toujours assez différente pour vouloir y retourner. Parfois même dès le lendemain…