Quand de la peinture met les cyclistes en danger

Cet aménagement dangereux à Sion j’en avais déjà parlé:

Pour revenir à ce fameux marquage, pour tous ceux qui veulent continuer tout droit, ce qui est mon cas, il constitue un vrai danger. Pas plus tard que lundi matin, une auto était à ma hauteur une vingtaine de mètres plus tôt.

Pareil ce jeudi matin 23 janvier 2020. Une camionnette de La Poste me talonne de si près que je n’ose plus me diriger vers le centre du giratoire. Elle SE PORTE À MA HAUTEUR dans le carrefour. Heureusement, je quitte le rond-point à la deuxième sortie, comme le véhicule. Mais si j’avais voulu poursuivre dans le giratoire, par exemple pour aller à la Ferme-Asile?

Je me répète. PAREIL lundi matin 27 janvier. Sauf que le mec n’a pas fini de me doubler et prend la première sortie du giratoire, sans même mettre son clignotant. C’est vite vu: si tu n’es pas méfiant, t’es mort. Et ce n’est pas normal. Du tout.

L’an dernier, tout ce que le pays compte comme autorités de prévention routière s’est allié pour rappeler que les cyclistes peuvent/doivent circuler au centre la la voie des giratoires pour limiter le danger de se faire renverser par des motorisés qui s’en cognent (ce qui est tout de même le problème de base). Même la police vaudoise explique que les cyclistes DOIVENT circuler au centre des giratoires (certains de ses agents chargés de la prévention routière disent le contraire lors de séances d’information aux marchands de cycles, mais c’est un autre problème…)

Voilà. Donc on vous dit de rouler au CENTRE de la chaussée dans les giratoires. Et il n’a échappé à aucune cycliste que les bandes cyclables disparaissent à l’approche de ces aménagements, ce qui est évidemment regrettable, même si cela laisse le loisir de se déporter vers le centre de la chaussée en faisant très attention. C’est vrai à peu près partout, sauf à Sion, où cet aménagement « force » les cyclistes à rester à droite et conforte les automobilistes dans cette idée. C’est nul. Point.

Vu que la peinture semble être une mesure à la mode et facile à mettre en oeuvre, je propose de faire plutôt le contraire: élargir la bande cyclable à toute la largeur de la chaussée à l’approche du giratoire. Cela permettrait au cycliste de se positionner au centre et de le faire en sécurité, un peu comme dans un sas vélo (ces espaces aménagés devant certains feux qui rendent les cyclistes visibles et leur permettent de démarrer devant les autos) dans lequel on ne ferait que passer.

Mais ce n’est qu’une idée et je ne suis pas ingénieur. Juste un cycliste qui n’a pas envie de mourir tout de suite par la faute d’un coupon de pinceau irréfléchi.

Alors, Sion, vous allez enlever votre chenit et faire un truc bien. S’il vous plait. Merci.

Joakim Faiss

Auteur : Joakim Faiss

Cycliste - Journaliste - Rédacteur chez Vélo Romand et chef ici ;-). Vélos actuels: Santa Cruz Tallboy (VTT), Specialized Diverge Expert (gravel), Specialized Crux (cyclocross), BMC Alpenchallenge (urbain), Peugeot PFN 10 (1981). Bière préférée: Velosophe,Triple Karmeliet Pratiques:VTT, route, cyclocross. Devise:Où est le problème?

Laisser un commentaire