PubliBike à Sion: une offre (enfin?) séduisante

Lorsque PubliBike a installé ses premiers vélos en ville de Sion, en 2010, j’avais été séduit par le principe, mais vite refroidi par les vélos, lourds, mous et poussifs. Après quelques essais, je m’étais vite résolu à payer pour embarquer mon vélo dans le train lorsque j’optais pour ce moyen de transport, plutôt que de risquer de me détourner totalement du vélo.

Cela pourrait enfin changer.

La station PubliBike de l’hôpital de Sion.

La société de vélos en libre-service PubliBike et la Ville de Sion ont en effet présenté ce mercredi leur réseau modernisé et étendu. Ce dernier propose désormais 56 vélos, dont 18 à assistance électrique, répartis sur 9 stations, dont une à l’hôpital, ce qui constitue la première bonne nouvelle dans mon cas, puisque j’y travaille.

La deuxième bonne nouvelle? L’Hôpital du Valais a participé aux frais d’installation de la station de l’hôpital de Sion et l’abonnement annuel ne coûte que 15 francs aux collaborateurs (il est même offert la première année  pour ne rien vous cacher).

Jamais deux sans trois, même pour les bonnes nouvelles: les stations sont équipées de nouveaux vélos. “Plus petits et donc plus maniables que les vélos habituels, ils ont été conçus spécifiquement pour une utilisation en libre-service”, promet PubliBike.

En pratique

Pour emprunter un vélo en libre service, il faut créer un compte sur www.publibike.ch et choisir une formule d’abonnement. Il existe une formule sans cotisation, mais avec un coût à la minute qui arrivera vite à la hauteur des 50.- d’abonnement annuel si l’on utilise régulièrement un PubliBike. En souscrivant à l’abonnement annuel à 50 francs, les 30 premières minutes de chaque utilisation sont gratuites. Amplement suffisant pour, par exemple, se rendre du centre-ville de Sion à l’hôpital de Sion où l’on pourra déposer son vélo. Plus besoin non plus d’accrocher physiquement son vélo à une borne pour le restituer. Le stationner à proximité immédiate d’un totem PubliBike et fermer le cadenas suffit.

Un moyen de locomotion idéal pour de courtes distances en ville.

L’application Publibike (iOS et Android) affiche à tout moment le nombre de vélos (mécaniques et électriques) disponibles dans les différentes stations. Il est possible d’emprunter un vélo en utilisant l’application du smartphone ou à l’aide d’un SwissPass préalablement enregistré dans le compte-client. L’abonnement choisi est valable dans tous les réseaux PubliBike en Suisse.

Affaire à suivre, avec un essai en conditions réelles…

Davantage d’informations sur le site de PubliBike : www.publibike.ch

À Sion depuis 2010

Le réseau de vélos en libre-service de Sion a été inauguré en novembre 2010. Jusqu’ici, il comptait sept stations. Aujourd’hui, elles sont au nombre de neuf. Modernisées et équipées de nouveaux vélos et de vélos électriques, les stations ont été présentées aux partenaires et aux médias le 21 mars. Outre celle de l’hôpital de Sion, une station à l’essai située du côté sud de la gare a ouvert ses portes. Si elle répond à un besoin et rencontre du succès, elle sera maintenue par la suite. Avec cette transformation, le réseau met à disposition du public un total de 56 vélos, dont 18 vélos électriques.

En Suisse aussi

Après Lausanne et Lugano l’an dernier, Sion fait partie des premières villes à mettre en place ce nouveau système développé par PubliBike, compatible avec un smartphone. De telles stations verront également le jour à Berne et Zurich cette année, où il est prévu d’inaugurer les plus importants réseaux de vélopartage de Suisse dans le courant de l’année 2018.

Auteur : Joakim Faiss

Père de famille - Cycliste - Journaliste - Rédacteur en chef du Magazine Vélo Romand. Vélos actuels: Thömus Sliker (route), Rocky Mountain Element 970 (VTT), Specialized Diverge Expert (gravel), Specialized Crux (cyclocross), BMC Alpenchallenge (urbain). Bière préférée: Velosophe,Triple Karmeliet Pratiques: Vélo de route, cyclocross, VTT cross country, VTT marathon, VTT all-mountain.Où est le problème?

Laisser un commentaire