Les automobilistes qui te font des “variantes” trouvent souvent un explication toute simple à leur comportement dangereux: “Pardon, je ne vous avais pas vu.” Limite que c’est de ta faute, malgré tes feux à l’avant, à l’arrière, ta veste orange et tes 23 catadioptres. C’est sûr que si tu ne regardes pas, tu n’as AUCUNE CHANCE de me voir.

Mais bon, ce n’est presque rien par rapport à ce que d’autres peuvent vivre sous d’autre cieux (même si je me suis déjà fait gifler, perforation du tympan à la clé) à en croire le témoignage de Camille Carton.

Parfois, on te voit, mais ce n’est guère mieux… Aujourd’hui à la mi-journée, un automobiliste me double sur un dos d’âne sans visibilité et me gratifie d’un gros coup de klaxon au passage (je pense que je devais disparaître).

Comme il s’arrête un peu plus loin pour embarquer un passager à l’arrière, je m’arrête aussi, histoire de demander quel était le problème. Vitre baissée, il ne bouge pas. Le passager déjà assis à l’avant me fait signe de m’enlever. Comme je ne bouge pas non plus, il daigne sortir de la voiture et je lui demande pourquoi ce coup de klaxon.

-C’est pas moi, dit-il en montrant le conducteur.
-Merci, ça je l’ai bien compris puisque tu n’es pas au volant. Mais lui, le conducteur, pourquoi est-ce qu’il a klaxonné?
-Il a klaxonné parce qu’il est con, c’est tout.

Il y a quand-même des arguments qui te laissent sans voix…