Raid Evolénard: plus beau, plus dur…

Le Raid Evolénard… Rarement une course de VTT ne m’aura fait autant souffrir. C’est vrai à chaque fois que j’y retourne, mais j’y retourne toujours, il doit bien y avoir une raison…

Cette année, la course tient lieu de Championnats de Suisse VTT marathon et ma souffrance n’en sera pas moindre puisque les organisateurs ont dû rallonger le parcours à plus de 60 km. “Il faut avoir au moins 60km pour satisfaire aux critères UCI MTB marathon”, explique Stéphane Chevrier, responsable de la communication de l’épreuve. “C’est un changement que nous devions faire pour devenir une course nationale.” Il y aura donc 63,5 km à parcourir pour plus de 2600 mètres de dénivelé.

Les organisateurs auraient pu se contenter d’ajouter quelques kilomètres de route forestière, mais sont allé plus loin que cela en créant quelques chemins un peu plus techniques, sans que cela ne soit insurmontable non plus. “Ce n’était pas évident de trouver une solution pour rallonger le parcours, car nous voulions conserver un certain équilibre entre les différentes parties. Et nous ne souhaitions pas trop allonger trop la première boucle pour les populaires, alors que c’est là que cela aurait été le plus simple.

Des montées dans un décor de rêve. Les descentes aussi, mais on regarde davantage le chemin...
Des montées dans un décor de rêve. Les descentes aussi, mais on regarde davantage le chemin…

Une “bosse” qui fera des dégâts

Un compromis a ainsi été trouvé en ajoutant quelques kilomètres à la première montée, en faisant tourner les concurrents à Evolène à la fin de la première boucle, puis en ajoutant 400 mètre de dénivelé à la deuxième boucle. Cette dernière difficulté devrait permettre aux meilleurs spécialistes du pays faire la différence. Elle risque surtout d’occasionner quelques “coups de bambou” aux organismes fatigués. Votre serviteur, qui l’a achevée totalement “cramoisi” en reconnaissance, peut en témoigner.

Un des nouveaux chemins du Raid Evolénard, avec une belle vue plongeante sur la vallée.
Un des nouveaux chemins du Raid Evolénard, avec une belle vue plongeante sur la vallée.

Un parcours plus attrayant

Dans l’ensemble, le Raid Evolénard a certainement gagné en qualité de parcours, avec l’ajout de plusieurs sentiers et chemins créés pour la course. “Les organisateurs ont vraiment fait un super boulot, en créant des chemins très sympa”, confirme Arnaud Rapillard, vainqueur de l’épreuve en 2014. “Ils n’ont pas juste rajouté des kilomètres pour en rajouter”. Au chapitre des bémols, on peut regretter que la première longue descente sur les Haudères se fasse (toujours) exclusivement sur du chemin 4×4 après les sentiers plus ludiques empruntés plus tôt.

Une pause pour la pose au sommet de la première boucle.
Une pause pour la pose au sommet de la première boucle.

Admirer les paysage, au début…

Un des atouts maîtres du Raid Evolénard reste aussi le paysage, somptueux, qu’il vaudra peut-être mieux admirer lors de la première boucle, lorsque l’on est plus frais et plus souvent face au fond de vallée à la montée. Dans la deuxième ascension, la fatigue aidant, le regard va surtout chercher la suite du parcours et ses lacets trop hauts et trop éloignés…

Un "single" comme on en voudrait davantage. On devient gourmand avec le temps...
Un « single » comme on en voudrait davantage. On devient gourmand avec le temps…

Heureusement, si la grande boucle peut en effrayer certains, le “petit” parcours offre un véritable concentré de Raid Evolénard permettant à chacun de se faire plaisir. Et de souffrir un peu. Aussi. Quant à moi, je me repose et j’y retourne 😉

Photo de groupe avec Johann Tschopp, votre serviteur, Arnaud Rapillard et Martin Fanger (de gauche à droite) au sommet de la 2e montée. Le plus dur est fait...
Photo de groupe avec Johann Tschopp, votre serviteur, Arnaud Rapillard et Martin Fanger (de gauche à droite) au sommet de la 2e montée. Le plus dur est fait…
Joakim Faiss

Auteur : Joakim Faiss

Père de famille - Cycliste - Journaliste - Rédacteur en chef du Magazine Vélo Romand. Vélos actuels: Thömus Sliker (route), Rocky Mountain Element 970 (VTT), Specialized Diverge Expert (gravel), Specialized Crux (cyclocross), BMC Alpenchallenge (urbain). Bière préférée: Velosophe,Triple Karmeliet Pratiques: Vélo de route, cyclocross, VTT cross country, VTT marathon, VTT all-mountain. Où est le problème?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *