Il n'a pas manqué grand-chose au Martignerain Sébastien Reichenbach pour accrocher le podium. (Photo IAM Cycling)

Il n’a pas manqué grand-chose au Martignerain Sébastien Reichenbach pour accrocher le podium. (Photo IAM Cycling)

Le Tour de l’Ain s’est terminé en apothéose pour IAM Cycling, même si les coureurs ont beaucoup pensé à Johann Tschopp, opéré avec succès le matin même aux Hôpitaux Universitaires de Genève d’une triple fracture de la clavicule gauche.

Remarquable pour ne pas dire éblouissant lors des deux étapes de montagne, mais aussi dès le prologue disputé vendredi, Sébastien Reichenbach a terminé 4e de l’étape reine gagnée par Wouter Poels (Vacansoleil). Le pro de Martigny s’est encore payé le luxe de finir 4e du classement général remporté par le grand espoir français Romain Bardet (AG2R – La Mondiale). Le tout sous les yeux de Michel Thétaz, le fondateur de IAM Cycling.

Matthias Brändle meilleur grimpeur

Matthias Brändle a pour sa part trouvé les ressources pour s’emparer du maillot de meilleur grimpeur. Le jeune Autrichien de 23 ans, toujours aussi généreux dans l’effort, est parvenu à partir dans l’échappée pour servir de tête de pont à Sébastien Reichenbach. «J’avais vraiment envie d’un trophée après mon échec dans l’étape menant à Oyonnax. Tout s’est bien passé dans les premiers kilomètres et j’ai réussi à prendre les points dans les trois premières bosses. Quand les favoris sont revenus, j’ai encore trouvé des forces pour effectuer le train pour Sébastien puis il est parti seul. Ce maillot à pois constitue une belle récompense et une motivation pour préparer les Mondiaux du contre-la-montre de Florence.»

Reichenbach un poil déçu

De son côté, Sébastien Reichenbach est passé tout près du podium convoité. «À chaud j’ai quand même un petit sentiment de déception. J’étais vraiment bien toute la journée et grâce à Matthias j’ai pu attendre le moment opportun pour attaquer dans Le Grand Colombier. Je me suis retrouvé avec Romain Bardet et Poels au sommet. Ils ont fait la descente et juste avant la fin dans des courbes très serrées je me suis fait peur. J’avais encore les images de la chute de Johann et je ne suis pas arrivé à rester dans leur sillage. Au bas, j’avais 5 secondes de retard et le train était parti. C’est la loi de notre sport, mais c’est aussi dans ce genre de situation que l’on progresse. Là je vais récupérer un peu avant de participer, la semaine prochaine, au Tour du Limousin.» (C/JF)

La page des résultats de IAM Cycling

Ecoutez la réaction de Sébastien Reichenbach (interview par IAM Cycling)