Article mis à jour le 26 mai avec deux vidéos de dépassement d’un peloton vs une colonne de cyclistes.

Chers non-cyclistes qui savez tous mieux que les cyclistes eux-mêmes ce qui est bien pour eux, juste et faux, je vous le dis une bonne fois encore: vous me fatiguez. Terriblement.

Dans la foulée des derniers décès (bientôt plusieurs par semaine si ça continue ainsi) de cyclistes plus ou moins célèbres sur la route, fauchés par un automobiliste qui sait ce qui est bien et pas bien, on lit TOUJOURS le commentaire d’internautes pour qui c’est “oui, mais les cyclistes, et patati et patata”.

Exemple puisé au hasard sur Facebook: “...Rectifions quand même un peu les choses. ..
Messieurs les cyclistes…pour le PETIT nombre qui roulent consciemment NORMALEMENT…il y a hélas un nombre bien trop grand de tous les autres…qui se croient au Giro à la Vuelta et au Tour de France tout à la fois !!!!!…roulant bien au milieu de la route (surtout quand elles sont étroites comme ça on prend toute la place…)…même pas les uns derrière les autres mais en « peloton » ou bien décalés comme il se doit…n’est ce pas…
Et ne parlons même pas du respect des giratoires cédez le passage stop et….FEUX !!!!
Faut surtout pas s’arrêter on est en plein « contre la montre »…!

Là-dedans il y a à peu près tout ce qui me fatigue.

  • Oui, on roule “bien au milieu de la route”, enfin entre 75 cm et 1m du bord, ce qui nous met effectivement pas loin du centre d’une voie de roulement de 2,5 m de large. Et si on se met là c’est pour que vous puissiez nous voir même quand vous êtes sur votre téléphone (en train d’écrire un SMS pour dire que vous êtes en retard) et que vous ne soyez pas surpris par un cycliste “sorti de nulle part” alors que perso j’arrive toujours de quelque part.
    Et si vous voulez nous dépasser, merci de laisser 1,5 m de distance latérale. Donc, s’il n’y  pas moyen (par exemple lorsqu’une voiture arrive en face) de dépasser en respectant ces distances, on ne DÉPASSE PAS. Et celui qui vous empêche de dépasser, ce n’est pas le cycliste, mais l’automobiliste en face. C’est pourtant simple, non?

    Vous voyez la ligne rouge? S’il n’y a pas moyen de mettre vos roues au-delà, par exemple parce que quelqu’un arrive en face, et bien vous ne dépassez pas le cycliste. Ce n’est pourtant pas compliqué. Après, il y a une ligne continue que vous êtes censé ne pas pas franchir, mais ça ce n’est pas mon problème.

  • Oui encore, sur une route étroite, si je me tiens aussi à l’écart du bord (sale, plein de trous, de grilles d’égouts et j‘en passe), je ne suis forcément pas loin du milieu. Mais c’est comme ça et c’est mathématique.
  • Vient la fameuse théorie du “peloton”.
    Dites-moi, avec votre grosse caisse qui fait du bruit, tue et pollue (donc tue encore, et je me mets dedans, j’ai aussi une voiture), vous prenez quoi comme place, tout seul dedans? Au moins celle de six à huit cyclistes en petit peloton. Mais évidemment, vous préférez des cyclistes bien alignés, que vous pourrez dépasser en les frôlant sans trop vous approcher du milieu de la chaussée, sans respecter les plus élémentaires règles de distance et de sécurité évoquées au premier point ci-dessus. Bref, pour votre petit confort, qui consiste à ne pas trop bouger les pieds d’une pédale à l’autre, vous préférez nous mettre en danger.
  • Les STOP et les feux… On pourrait y consacrer des pages entières. Mais l’autre soir, je me suis arrêté à un carrefour pour étudier ces automobilistes si respectueux. Je vous laisse voir la petite vidéo ci-dessous (oui c’est écrit STOP sur le panneau rouge)… Les cyclistes ne sont ni meilleurs ni pires, mais ils risquent leur propre peau, pas celle des autres.
  • Enfin, les giratoires… Là c’est trop facile vu que les statistiques sont claires et que tout le monde est d’accord: lors d’accident avec un automobiliste, ce dernier est en faute neuf fois sur dix (90%). Alors juste, fermez-la!

Aucune des “infractions” ou ressenties comme telles par les automobilistes n’est punissable de la peine de mort, même dans les pays qui la pratiquent encore. Pas la peine donc de faire “justice” par soi-même, et être aveugle (ce qui semble assez courant au volant, vu la fréquence avec laquelle on me sert du “je ne vous ai pas vu”) n’est pas une excuse non plus.

Voilà, c’est ce que j’ai envie de répéter à chaque fois que je lis ces commentaires qui commencent en substance par “oui, mais les cyclistes…

Et ça me fatigue…

Dépassement d’un peloton et d’une colonne: les différences