Une météo de cyclocross en approche, ça tombe bien…

Je me suis mis au cyclocross en 2013, à 43 ans, parce que ça avait l’air sympa et que je voulais essayer. Voici une photo de ma première sortie.

Et de ma première course, 7 jours plus tard. La météo était exécrable à mon arrivée à Rennaz, sur le lieu de la course, et je me suis dit que le départ allait être retardé. Mais ça, c’est parce que je ne connaissais rien au cyclocross.

J’ai aussi vite vu mes limites techniques, en partie liées au matériel, mais surtout au niveau du pilotage. Il fallait que je m’entraîne, c’est tout. Mais comment faire, en Valais, sur ce terrain sec bien éloigné des bourbiers qui me ralentissaient à Rennaz?

Je me suis alors souvenu des balades à vélo quand j’étais enfant, avant d’y aller avec les miens, dans la « forêt secrète » à un petit kilomètres de chez moi. Coincée entre les berges du Rhône et les cultures maraîchères, elle proposait quelques sentiers qu’il suffisait peut-être de compléter par l’un ou l’autre dévers ou talus des berges à dévaler. Ou grimper.

Aussitôt pensé, aussitôt fait, ou presque. Chaque année, au début de l’automne, je m’arme d’une débroussailleuse pour défricher ce que la végétation envahit durant l’été. Chaque année sauf celle où c’est Julien Taramarcaz en personne, alors professionnel de cyclocross en Belgique, qui s’en est chargé. Si le parcours était assez bien pour lui, il le sera amplement pour moi…

En général, j’attends le retour du mauvais temps avant de sortir râteau et débroussailleuse, ce qui fut le cas le week-end dernier…

Tout ceci pour vous dire que le parcours 2020 est dégagé, avec même une petite « variante » supplémentaire dans le talus des berges. Le terrain est sec et les difficultés quelque peu gommées. On se réjouit du mauvais temps, déjà annoncé à nouveau, pour rendre tout cela un peu plus glissant…

N’hésitez pas à venir y faire quelques tours. Départ depuis la petite forêt des poulaillers Optigal, dans le sens inverse des aiguilles de la montre. La boucle fait 1,86 km et c’est presque tout plat.

Le parcours en images ci-dessous. Amusez-vous bien!

Départ en direction de Martigny.
Première traversée des berges du Rhône. Attention aux cyclistes!
Plongée vers le Rhône, en virage à gauche.
Tout droit sur le sentier, vent dans le dos si tout va bien 😉
Virage serré sur la gauche et remontée sur la route des berges…
… avant de plonger sur le sentier au pied des berges. Attention aux cyclistes en traversant la route!
La petite descente, assez raide.
On suit le chemin…
Après quelques dizaines de mètres, ne pas manquer le portage, un peu caché, sur la droite.
Après avoir traversé la route (attention aux cyclistes!) on replonge de l’autre côté du talus, avant un virage à gauche sur le sentier.
Variante 2020: on quitte le sentier pour un léger dévers dans le talus.
La fin du dévers.
Remontée du talus à la hauteur de la balise du gazoduc. Attention aux cyclistes en arrivant sur la route!
Après une quinzaine de mètres, on replonge dans la forêt.
Au bas de la descente, virage à droite, puis immédiatement à gauche. Attention au croisement avec les crosseurs qui arriveraient en sens inverse.
On prend légèrement à droite, sans quitter la forêt, puis à gauche…
… puis à droite en direction de la forêt et le petit sentier.
Pas évident sur la photo, mais le sentier est facile à trouver.
Ne pas manquer le passage à gauche, sinon le parcours est plus long…
A la sortie on a le choix: slalom entre les troncs d’arbres, ou bunny-hop.
On file vers les berges…
Au fond, on reste sur la route en gravier pour le virage à gauche.
Le virage à gauche, immédiatement suivi d’un autre à droite.
A droite, puis à gauche autour de l’arbre. En jaune, le croisement avec le tracé à l’aller.
Comme dans l’autre sens, attention au croisement serré ici en partant à droite,
Juste avant le portage du parcours à l’aller, on traverse le canal, à sec durant l’hiver.
La longue ligne droite dans l’herbe.
A gauche, puis à droite en direction de la forêt.
Le parcours fait ensuite un petit slalom entre les arbres. Ne pas manquer l’entrée à droite.

Fin de la boucle. C’est presque plus rapide à vélo qu’en photos…

Une carte, si vous venez de loin…

Voir en plein écran

Quelques images en action sur le parcours

Joakim Faiss

Auteur : Joakim Faiss

Cycliste - Journaliste - Rédacteur chez Vélo Romand et chef ici ;-). Vélos actuels: Santa Cruz Tallboy (VTT), Specialized Diverge Expert (gravel), Specialized Crux (cyclocross), BMC Alpenchallenge (urbain), Peugeot PFN 10 (1981). Bière préférée: Velosophe,Triple Karmeliet Pratiques:VTT, route, cyclocross. Devise:Où est le problème?