La neige, une histoire sans fin

Voilà, l’hiver est là, avec de la neige en plaine. « C’est cool, ça fait plus « esprit de Noël » », m’a glissé le petit dernier, qui ne tenait plus en place, avant d’aller construire un tremplin de saut inutilisable dans le jardin. Ce qui n’est pas ans me rappeler ma propre enfance quand je plantais des piquets au plat avant de me prendre pour Heini Hemmi (qui s’est semble-t-il reconverti dans le saumon haut de gamme) ou Ingemar Stenmark (vous m’excuserez, je suis binational alors je gagnais assez souvent à l’époque…).

La production dominicale de Leckerlis.

Assez dans « l’esprit de Noël » j’ai donc passé une partie du week-end à confectionner des Leckerlis, selon la recette de ma grand-mère et à mettre à jour mon test du groupe microSHIFT Centos 11 à l’occasion du cyclocross de Bex.

La recette des Leckerlis 😉

Et le week-end était fini, ou presque, avec encore deux heures passées à revoir « Le vélo de Ghislain Lambert », avec Benoît Poelvorde, et ses quelques scène mythiques (enfin, pour moi).

Bon, c’est donc l’hiver, mais pas encore tout à fait les vacances et il faut aller bosser le lundi matin. Et là, c’est toujours la même chose. Plus ça change, rien ne change sur le front de l’accessibilité à vélo. On déneige les trottoirs, les routes et les pistes cyclables. Ah, non, pardon. Les quoi vous avez dit? Ah, ces bandes de peinture jaunes qui servent de dépôt à neige? Ça gêne qui? Les cyclistes? En hiver? Vous rigolez ou bien?

Quand on vous dit que la peinture jaune ne sert à rien. Même la voirie s’en fiche.

Juste pour rappel, voici ce que dit l’Ordonnance du 13 novembre 1962 sur les règles de la circulation routière (OCR). Oui, ça fait longtemps…

« Art. 40 Pistes et bandes cyclables
(art. 43, al. 2, et 46, al. 1, LCR)
– Les cyclistes doivent céder la priorité lorsqu’ils débouchent
d’une piste ou d’une bande cyclable pour s’engager sur la
chaussée contiguë ou quittent la bande cyclable pour dépasser.
– Les piétons sont admis sur la piste cyclable lorsqu’ils ne
disposent pas d’un trottoir ou d’un chemin pour piétons.
– Les conducteurs d’autres véhicules peuvent rouler sur les
bandes cyclables délimitées par une ligne discontinue (6.09), pour autant que la circulation des cycles n’en soit pas entravée.
– S’ils doivent traverser une piste ou une bande cyclable ailleurs qu’aux intersections, par exemple pour accéder à une propriété, les conducteurs d’autres véhicules doivent céder la priorité aux cyclistes.

Donc on tolère tout juste une circulation temporaire, pour autant que les cyclistes ne soient pas gênés, mais on s’autorise à encombrer de neige les bandes cyclables des jours durant? Il faudra m’expliquer.

Joakim Faiss

Auteur : Joakim Faiss

Père de famille - Cycliste - Journaliste - Rédacteur en chef du Magazine Vélo Romand. Vélos actuels: Thömus Sliker (route), Rocky Mountain Element 970 (VTT), Specialized Diverge Expert (gravel), Specialized Crux (cyclocross), BMC Alpenchallenge (urbain). Bière préférée: Velosophe,Triple Karmeliet Pratiques: Vélo de route, cyclocross, VTT cross country, VTT marathon, VTT all-mountain. Où est le problème?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *