Maintenant qu’il fait nuit lorsque je pars le matin, ou que je rentre le soir, mon vélo est bien sûr muni d’un éclairage, pour voir où je vais et être vu, même si parfois cela ne change rien, vu qu’en plein jour ce n’est pas la lumière qui manque et que certains automobilistes se fichent pas mal des cyclistes. Mais là n’est pas le propos. Enfin, pas tout à fait.

Je fais donc un effort pour être vu, ce qui n’est pas trop compliqué en ligne droite: un phare devant, une loupiote rouge à l’arrière, quelques catadioptres et c’est bon. Mais comment indiquer ses changements de direction lorsque votre bras et votre main ne sont pas forcément équipés de lampes? Certains de mes gants sont bien dotés de bandes réfléchissantes, mais je ne suis pas certain que cela suffise.

Ils sont dû se poser la même question chez cycl.bike puisqu’ils ont développé un clignotant pour vélo ! Un équipement, bien pensé et bien fini qui va vous permettre d’indiquer votre direction en tout temps.

Rien à dire sur la construction, c’est du solide. Un élément se fixe au bout de votre cintre tandis que le clignotant lui-même vient s’y coller par la force d’un aimant. La fixation est solide et le clignotant ne tombera pas en usage urbain (je n’ai pas testé en VTT dans le terrain, mais j’indique rarement mes changements de direction en mountain bike 😉 ). Attention tout de même lors de chocs sur le cintre.

clignotant-winglights-2

Le clignotant est fixé par un aimant et un petit téton permet de conserver la bonne orientation, avec la lumière clignotante dirigée vers l’avant et l’arrière.

Chaque clignotant est doté d’un bouton-poussoir qu’il suffit d’actionner d’une petite pichenette. Simple et efficace.

Pour le rangement, un anneau permet de regrouper les deux clignotants qui se collent par la magie de l’aimant.

clignotant-winglights-3

Les deux parties clignotantes se réunissent aussi par la force de l’aimant.

A l’usage, rien à dire non plus, ça fonctionne, même si au début on oublie parfois ces clignotants et que l’on se retrouve à tendre le bras. Difficile aussi de savoir comment les autres usagers de la route perçoivent cette lumière clignotante: comme un simple avertissement ou vraiment comme une indication de changement de direction? Là où je vois un réel avantage, c’est que le clignotant reste actif pendant le changement de direction. Lorsque vous indiquez le changement de direction comme d’habitude, avec le bras, il faut tôt ou tard se ressaisir du guidon (enfin, vous pouvez toujours essayer de freiner en tenant le guidon à une main, un truc à finir à l’hôpital). Il faut donc choisir: diriger son vélo ou indiquer où l’on va. On risque surtout d’indiquer que l’on va tomber… Pas avec le clignotant. Qu’il ne faudra par contre pas oublier d’éteindre ensuite !

En résumé, ce système est simple et fonctionne très bien, rien à dire. Reste juste à savoir si les autres usagers de la route, automobilistes en tête, s’en soucient davantage que de votre bras levé. Mais ça, c’est une autre histoire.