Hutchinson, pour un retour aux sources

Le Cobra en version 29" Tubeless.
Le Cobra en version 29″ Tubeless.

Ce devait être dans la première moitié des années 1990. J’avais troqué les pneus d’origine de mon VTT, des Ritchey MegaBite, contre des Hutchinson, On The Rocks de leur prénom. Une accroche démoniaque, largement due à leur gomme tendre. Une dernière caractéristique guère compatible à l’époque avec la longévité. Les crampons s’usaient vite, très vite, et s’arrachaient même assez souvent. Mes moyens limités d’étudiant m’avaient alors fait privilégier la durée de vie du pneu. Peut-être au détriment du mordant, mais pour les sorties sur routes forestières de l’époque, cela n’avait guère d’importance.

Tout cela pour dire que je me suis éloigné des pneus Hutchinson. J’ai eu ma période Michelin, Specialized et Maxxis pour les huit-neuf dernières années. Sans oublier les incursions chez Onza (ah les Porcupine…) et autres Panaracer (ah, les Smoke…) ou Kenda. Ces derniers temps, ma curiosité m’a incité à laisser une chance aux pneus montés d’origine sur mes VTT. Quelques Schwalbe donc. Certains ont fait l’affaire sans m’enthousiasmer (Racing Ralph 29“), d’autres ne m’ont pas du tout plu (Nobby Nic 26”). Seul le nouveau venu Hans Dampf en 29″ m’a fait retrouver un large sourire chez les Allemands, non sans me rappeler l’accroche du Maxxis Swampthing, ce qui n’est pas peu dire.

Hutchinson, le retour

Et Hutchinson alors? Eh bien, toujours un intérêt, disons… distant. Jusqu’au mail de la marque qui me propose de tester des modèles de sa nouvelle gamme. Non pas en qualité de blogueur, mais de rédacteur en chef du magazine Vélo Romand. Volontiers, donc. Quelques temps plus tard, trois modèles 29“ dans ma boîte aux lettres: Cobra, Cougar et Black Mamba. Les deux premiers en ”Tubeless light“, le dernier en ”Tubeless ready », avec des poids respectifs de 710g, 740g et 490g, vérifiés par mes soins.

Montage facile

L’hiver est bien installé et les conditions d’essai guère idéales avec de la neige jusque dans la plaine du Rhône, ici dans le Valais suisse. Je me contenterai pour l’instant d’un petit topo subjectif sur le montage.

Le montage du Cobra, un 29“ x 2.00 ”Tubeless light“ sur une jante Easton CX70 au standard UST? Facile avec du liquide Protect’Air Hutchinson et un gonflage avec une simple pompe à pied (SKS Rennkompressor) qui n’offre pas forcément le plus gros débit d’air. Aucune hésitation, aucun semblant de fuite, franchement l’un des pneus Tubeless les plus facilement montés ces dix dernières années. Les dernières fois j’ai dû recourir au compresseur et faire preuve de patience, tout en ayant un peu de chance. Rien de tout cela ici. De plus, la gomme semble bien ”présente » (collante?) et est agréable au toucher. C’est assez difficile à expliquer, mais certains pneus inspirent confiance au simple toucher lorsqu’ils sont montés.

Aussi sur jante non UST

Le Cougar, également en 29" Tubeless.
Le Cougar, également en 29″ Tubeless.

Après un montage aussi simple sur une jante UST, le standard “Mavic” pour le Tubeless, j’étais plus sceptique avec ma jante DT X490 munie d’un fond de jante adhésif pour assurer l’étanchéité. Place cette fois au Cougar 29“ 2×2.2, également en version ”Tubeless light“. Et pas davantage de souci pour le montage-gonflage. Quelques coups de pompe, et voilà. Première épreuve surmontée avec brio pour le Cobra et le Cougar. Pour le Black Mamba, je vais attendre le printemps et de terrains plus adaptés à ses caractéristiques de pneu ”light ».  (à suivre)

Joakim Faiss

Auteur : Joakim Faiss

Cycliste - Journaliste - Rédacteur chez Vélo Romand et chef ici ;-). Vélos actuels: Santa Cruz Tallboy (VTT), Specialized Diverge Expert (gravel), Specialized Crux (cyclocross), BMC Alpenchallenge (urbain), Peugeot PFN 10 (1981). Bière préférée: Velosophe,Triple Karmeliet Pratiques:VTT, route, cyclocross. Devise:Où est le problème?

Laisser un commentaire