J’avais un peu oublié comme c’était raide, mais pas comme c’était beau. Sur le coteau de Fully, tu peux tourner des heures en enfilant des « singles », mais ça fatigue…

Ce jour-là de novembre, j’ai enchaîné « la montée oubliée » et le « chemin du hibou ». Les noms sont de moi, ne les cherchez pas sur une carte.