Quand la fée électricité donne le sourire…

S’arrêter au carrefour, au passage piéton… c’est normal. Oui. N’empêche que nous ne le faisons pas toujours, car s’arrêter et repartir est ce qu’il y a de plus pénible à vélo (ami automobiliste qui voudrait sauter sur l’occasion de cet aveu, je vous arrête tout de suite, car vous n’êtes pas meilleur alors que l’effort dans votre cas est bien moindre).

En essayant le PubliBike, version électrique, l’autre jour à Sion, je me suis aperçu que je coupais bien plus volontiers mon élan avec ce vélo à assistance, car le petit coup de pouce au démarrage enlève toute pénibilité à la chose. Même constat ce soir à l’approche de piétons sur les berges du Rhône: je ralentis bien volontiers, quitte à m’arrêter s’il le faut (ma machine de test étant munie d’un… klaxon à la place d’une sonnette je n’ose pas trop utiliser cet avertisseur un peu agressif dans un endroit aussi paisible).

Les berges du Rhône entre Saillon et Fully. Il faudrait juste qu’elles soient marquées comme pistes cyclables pour que les vélos à assistance jusqu’à 45 km/h y soient officiellement admis.

Du coup, je garde mon sourire et les piétons aussi. Et le VTT électrique s’avère ainsi moins dangereux qu’un vélo sans assistance avec lequel on rechigne parfois un peu trop à couper son élan chèrement acquis…

Joakim Faiss

Auteur : Joakim Faiss

Père de famille - Cycliste - Journaliste - Rédacteur chez Vélo Romand et chef ici ;-). Vélos actuels: Thömus Sliker (route), Rocky Mountain Element 970 (VTT), Specialized Diverge Expert (gravel), Specialized Crux (cyclocross), BMC Alpenchallenge (urbain). Bière préférée: Velosophe,Triple Karmeliet Pratiques:VTT, route, cyclocross. Devise:Où est le problème?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *