Lorsque mon compteur Garmin Edge 500 s’est cassé (pas complètement, juste un petit bout de l’ailette de fixation), je l’ai d’abord réparé avec une colle à deux composants et un peu de colle cyanoacrylate comme détaillé dans ce billet. La réparation a tenu jusqu’au début de cette année 2014, soit un peu plus de 8 mois. Pas mal pour une économie de plus de 100.- Mais, cela a fini par lâcher et j’ai suivi les conseils de Célestin, qui me suggérait en commentaire d’essayer Sugru.

L'emballage de Sugru, reçu par courrier.

L’emballage de Sugru, reçu par courrier.

Alors voilà, une petite commande sur le web de ce produit, “le caoutchouc que vous formez vous-même”, dit la pub. Le paquet revient à un peu plus de 20 francs avec le port pour huit petits emballages dont le contenu suffit pour quelques réparations. L’utilisation est des plus simples: vous formez la matière avec les doigts, une spatule, un couteau ou autre outil. Elle durcit (pas totalement, cela reste légèrement élastique) en 24 heures. Et c’est tout.

Réparation des lunettes et du compteur Garmin avec Sugru

Réparation de mon compteur Garmin.

Une ailette légèrement souple qui a l'air de tenir.

Une ailette légèrement souple qui a l’air de tenir.

Avec le contenu d’un petit emballage, j’ai réparé mon compteur, mais aussi une paire de lunettes, dont le caoutchouc pour le nez se décollait sans cesse. Très facile d’obtenir la forme exactement adaptée à son nez, même si je n’ai pas soigné à fond les découpes. J’en ai profité pour en mettre un peu au bout des branches pour une meilleure tenue.

Répration de la pièce nasale (nosepiece, ça sonne mieux en anglais) des lunettes.

Réparation de la pièce nasale (nosepiece, ça sonne mieux en anglais) des lunettes.

Un petit coup de Sugru pour refaire le caoutchouc des branches.

Un petit coup de Sugru pour refaire le caoutchouc des branches.

Alors, oui, Sugru, ça fonctionne et ça existe en blanc, noir, jaune, bleu et rouge.