Un simple bonjour…

Par Gauche-Gauche – Comme vous le savez probablement maintenant, je ne suis pas de ce côté de la gouille. Quand je suis arrivé ici, tout au début, je ne pensais pas qu’il y avait une telle différence entre nos deux rives. Toutefois, il y a deux thèmes récurrents qui me l’ont fait comprendre.

Le premier incident s’est produit quand l’électricien est passé chez moi pour une réparation. Après un moment, j’ai demandé au monsieur s’il voulait un café, il m’a répondu « oui, avec plaisir ». Moi, je lui ai directement fait son café, et alors qu’il avait la tête dans le tableau de fusibles, je le lui ai présenté. Choqué, l’électricien m’a regardé comme si j’avais trois têtes. Sentant que quelque chose n’allait pas, je lui ai dit maladroitement «du sucre peut-être?». Le monsieur m’a très poliment répondu qu’il allait s’arrêter de travailler et prendre un moment pour boire son café, assis et correctement. OOPS ! Chez moi, on boit le café debout, derrière le volant, en cherchant son courrier, en courant ou dans la douche. Mais prendre le temps pour boire un café, assis et correctement, c’est pas dans notre ADN. Ici en Europe, on est plus civilisé semble-t-il, on prend le temps!

Une autre expérience révélatrice de cette différence de culture: je suis dans une grande surface ici en Suisse à la recherche d’eau de coco. Je trouve un employé du magasin, accroupi en train d’étiqueter des marchandises. Je m’approche et dis «excusez-moi, où se trouve l’eau de coco?» L’employé se lève sans dire un mot, me regarde droit dans les yeux et dit d’un ton sarcastique «BONJOUR!». Comme je me suis senti con…

Mais bien sûr, nous ne sommes pas aux États-Unis. Nous sommes en Europe. Ici, on prend le temps, ici c’est «Bonjour» d’abord. Allez dans n’importe quel magasin en Suisse, «Bonjour, Bonjour, Bonjour» vous salue. S’il y a plusieurs employés, c’est comme la musique, une symphonie de «Bonjour». Par contraste aux États-Unis, «Bonjour» mon œil!

Ici, on est civilisé…

Je vous raconte une expérience vécue à New York, ça fait longtemps. À cette époque (avant Giuliani), New York c’était comme le Wild, Wild West. C’était vraiment le Bronx. Un jour, je suis entré dans un kiosque. Derrière le comptoir, une vieille dame s’affairait. Elle me fit affectueusement penser à ma grand-mère. Je me suis dirigé vers les magazines, j’en ai pris un et j’ai commencé à le parcourir. Tout à coup, la douce grand-mère a hurlé: «Hé oh! Espèce de c…, ici ce n’est pas une p… de bibliothèque!! Tu veux lire? Alors paye ton magazine d’abord ou casse-toi!» Oui, ici en Suisse on est plus civilisé, on prend le temps, on dit «BONJOUR»!

Sauf à vélo?

Et à cause de ça, c’est d’autant plus déroutant: comment est-il possible que certains cyclistes (la minorité) se croisent sans dire bonjour? Le scénario est trop bien connu, on en a tous fait l’expérience en croisant quelqu’un à vélo. Nous, on dit bonjour ou on lève la main ou la tête pour dire «SALUT». Mais de l’autre côté… rien, pas un geste!! Ou bien, on roule et tout d’un coup, whoosh, quelqu’un nous dépasse à bloc et pas un bonjour, ni un petit geste de la tête ou un signe de la main… que dalle! Mais pourquoi? Ici, ne sommes-nous pas plus civilisés? Le monde du vélo n’est-il pas une grande famille? Si on croise notre tante dans la rue, on dit bonjour quand-même, non?

Bon, j’ai quelques idées sur le sujet. D’après moi, dans l’optique des «Non-bonjourtisti» (cyclistes sans civilité), il y a trois catégories qui sont les pires contrevenants: le Racer/Racer Wannabe (aspirant à être), le Néophyte et le Cycliste en Vélo Électrique. Entre ces trois types de cyclistes, on trouve 98% de probables suspects.

Le Racer/Racer Wannabe

On connaît tous ce spécimen. On le connaît tous, car nous sommes pratiquement tous, ou avons été, dans cette catégorie nous-même. Le Racer est toujours pressé. Il est obsédé par la rapidité et cherche toujours à gagner en vitesse. Il a toujours le regard rivé sur les gadgets fixés sur son guidon pour voir ses progrès. Il regarde ses watts, sa fréquence cardiaque, ses mètres/minute, sa VO2, son rang Strava et Dieu sait quoi encore. Et quand il ne regarde pas son ordinateur de bord, il porte son masque Pro. Il a alors le regard fixé au loin, ne montre aucune émotion et semble indifférent à ce qui l’entoure.

Avec tout ce qui a été dit, c’est une bonne nouvelle. C’est une bonne nouvelle, car le Racer/Racer Wannabe ne se moque pas de vous. Il n’est ni impoli, ni non civilisé. Il n’est ni snob, ni élitiste. C’est juste qu’il est trop occupé à vouloir aller plus vite et qu’il ne vous voit pas!! Il regarde son guidon, à la recherche des clés de la vitesse! Et même si vous pensez qu’il vous regarde, c’est juste qu’il porte son masque Pro. Il est dans une course, quelque part, souffrant dans une étape de montagne. Il ne vous voit pas, il ne sait même pas que vous existez!! Ce n’est pas de sa faute, pardonnez-lui! Accueillez-le dans la famille! Mais, faites-le bruyamment. Sinon, il ne vous remarquera probablement pas!

Le Néophyte

Des trois groupes de Non-bonjourtisti, c’est celui pour lequel j’ai le plus de compassion. Vous pouvez reconnaître le Néophyte à 5 kilomètres. Il est souvent perché sur un VTT et le vélo est généralement trop grand ou trop petit pour lui. Ne sachant pas si le vélo allait être sa tasse de thé, il l’a probablement a emprunté à un ami ou à un membre de sa famille. N’ayant aucun rapport préalable avec le vélo ou sa culture, le Néophyte n’est lié à aucun code vestimentaire associé au cyclisme. Il pédale en basket et training. Sans être habitué à l’effort du cyclisme, on le voit le plus souvent en train de pédaler avec une respiration forte et le visage écarlate. Et pour cette raison, ce groupe est si adorable et innocent. Plus souvent qu’autrement, cette espèce ne dit pas bonjour ou ne fait pas non plus un signe de la main lorsqu’elle rencontre un autre cycliste. Mais ce n’est pas de sa faute. Il n’est ni impoli, ni non-civilisé, et certainement pas snob ou élitiste. Il se joint involontairement aux Non-bonjourtisti parce qu’il a l’impression de ne pas appartenir à la famille du cyclisme. Il a le sentiment de ne pas aller assez loin ou assez vite. Il sent qu’il n’est pas assez en forme, qu’il n’est pas un vrai cycliste et il a un complexe d’infériorité. En plus, ils n’ose pas lâcher le guidon d’une main pour faire signe! La prochaine fois que vous croiserez le chemin d’un Néophyte, ne dites pas seulement bonjour ou ne faites pas seulement signe avec votre main, dites «Bravo et bienvenue dans la famille du cyclisme! Vous êtes FANTASTIQUE!!!»

Le cycliste en vélo électrique

Ici, deux groupes sont concernés. L’un d’eux est le groupe qui doit comprendre que ce n’est pas la fin du monde parce qu’il fait du vélo avec un moteur! Ce sont des cyclistes qui, pour une raison ou l’autre, utilisent un vélo électrique. Ce groupe ne dit pas bonjour ou ne fait pas signe parce qu’il a honte!! Lorsque vous croisez le chemin de cette espèce, elle sourit timidement, haussant les épaules, comme pour dire : «Oui, je sais, ce vélo a un moteur, je triche, si je vais aussi vite c’est à cause du moteur 250W. Je suis nul». Quoi??? Vous n’êtes pas nul!! Vous êtes à vélo et pas dans une voiture!! Vous pédalez, vous prenez l’air!!! Vous faites toujours partie de la famille! Bravo, vous êtes FANTASTIQUE!

Par contre les e-cyclistes du deuxième groupe peuvent être vraiment chiants. Ils utilisent leur vélo électrique pour se rendre au travail, puis rentrent chez eux le plus rapidement possible. Vous les entendez arriver à 100 mètres. Ils semblent tous rouler sur des vélos rapides (45 km/h) et passer à côté de vous en mode d’assistance TURBO. Même s’ils voulaient vous dire bonjour, ils n’en auraient pas le temps. Ils sont, comme le Racer, toujours pressés. C’est pourquoi ils roulent avec un 45! Ils ne rétrogradent pas leur mode d’assistance en mode «économie» ou même «sport» afin de vous faire un signe de tête ou du doigt. Pas un bonjour, pas même un geste: chiants!! Mais ce n’est pas de leur faute! Personne ne leur a dit qu’avec l’achat de ce vélo, ils faisaient partie de la famille du cyclisme. Quand ils ont acheté leur vélo, on leur a montré comment utiliser l’écran, les modes d’assistance, comment charger la batterie, etc. Et si la première page du mode d’emploi avait dit : «Félicitations pour l’achat de votre nouveau vélo électrique. Vous faites maintenant partie de la grande famille du cyclisme»?

Un monde imparfait…

Nous ne vivons pas dans un monde parfait. Car dans un monde parfait, il n’y aurait ni guerre, ni faim, ni haine. Dans un monde parfait, il n’y aurait pas de glacier en recul et la règle de la durée de jour impair du foehn n’existerait pas (même un jour de foehn, c’est un de trop). Les Non-bonjourtisti n’existeraient pas non plus. Mais nous ne vivons pas dans un monde parfait…

Or la communauté cycliste peut changer cela. Frères, sœurs, faites votre part!! Dites bonjour ou faites un signe aux autres cyclistes lorsque vous croisez leur chemin! Et quand vous montez à la hauteur de quelqu’un, ralentissez, dites bonjour, souriez! Si quelqu’un vous dépasse sans un bonjour, revenez vers lui et dites, bruyamment, «Bonjour!» Les gens comprendront le message. Vous pouvez le faire, nous pouvons tous le faire ! Le foehn ne cessera jamais de souffler, mais nous pouvons éliminer la non-civilité dans le cyclisme.

Tout ce qu’il faudrait…. Un simple bonjour!

4 réflexions sur « Un simple bonjour… »

  1. Bonjour Joakim!
    Bravo! et merci pour ce bon moment! Votre coup de gueule est très juste, je me suis souvent fait la remarque: rares sont les cyclistes qui répondent à mon salut pourtant amical….bon je suis sur une bécane avec un cintre droit….ce qui me disqualifie automatiquement auprès des purs, c’est-à-dire les moins de 7 kg pour la machine et moins de 65 kg pour le bonhomme. Le mien (le vélo) fait 9.5 kg et je fais assez de kg pour ne pas trouver de vêtements de cycliste à ma taille, c’est dire! Néanmoins je parcours la vallée du Rhône du lac à Sierre à peu près 3000km/an. Pour revenir à votre texte, à mesure que je le lisais, je me disais que c’était exactement ça, j’aurais pu l’écrire tellement je suis d’accord, encore bravo pour l’humour!
    Bonne route et au plaisir de peut-être vous croiser avec un grand BONJOUR ! sur les berges du Rhône. PS: on demande aux prpriétaites de chiens de ramasser les crottes, pourquoi ne pas exiger la même courtoisie pour les cavaliers? Salutations vélocistes….ça se dit? 😉

    1. Salutations vélocistes….ça se dit?

      Je pense que l’on peut le dire, oui 😉 Merci pour votre commentaire, toujours éclairant. Et je transmets vos félicitations à l’auteur du texte, mon ami chroniqueur « Gauche-Gauche » qui tient un peu à son anonymat. Mais j’aimerais bien le présenter un jour 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *