Le jeudi 12 novembre, c’était la « journée de la lumière » et c’est la police qui s’y est collée, distribuant des bandes réfléchissantes aux piétons et aux cyclistes. Comme j’étais assez bien équipé avec un éclairage à l’avant et deux à l’arrière (sur le vélo et la remorque) ainsi que 19 (!) catadioptres ou bandes réfléchissantes sur mon équipage (+ 3 sur le sac et 2 sur les chaussures) je n’en avais pas besoin. Ceci pour dire que oui, c’est important d’être vu et j’y suis attentif.

remorque-catadioptres

Un vrai sapin de Noël à roues, mais apparemment pas suffisant pour certains conducteurs.

Le problème, c’est que cela ne change rien. La lumière sur votre vélo est inutile tant qu’elle n’est pas allumée dans la tête des automobilistes que vous croisez.

Comment expliquer sinon que l’on se fasse couper la priorité en plein jour, dépasser dans les giratoires, tasser contre le bord de la route, bloquer sur les bancs cyclables et entendre des explications le plus absurdes, comme « t’es plus petit, tu dois faire attention » ou « la priorité sur la bande cyclable, et quoi encore? » Ou alors « je ne vais quand même pas rester derrière un vélo. » Autant de situations vécues, comme celle du type qui m’a giflé et perforé le tympan. J’ai accepté ses excuses, ce qui lui a évité une condamnation judiciaire.

Bref, face à des gens qui n’ont pas la lumière à tous les étages, difficile d’attendre qu’ils vous respectent, éclairage et catadioptres ou pas. Pas plus tard que ce 12 novembre au soir, avec mon vélo et ma remorque « sapin de Noël », je me suis fait proprement couper la route par un automobiliste devant la nouvelle Coop de Fully. Pas l’endroit le plus mal éclairé du quartier, devant la station-service. «Je peux y aller a-t-il dû ce dire, ce n’est qu’un vélo…»

Au-delà des attitudes individuelles, les efforts des autorités pour déguiser piétons et cyclistes en sapins de Noël ambulants revient surtout à dire, à crier: «Nous ne faisons rien pour vous offrir des chemins sécurisés (comme des pistes cyclables), le monde est centré autour de la bagnole et nous avons failli à notre mission de protéger les plus vulnérables, alors débrouillez-vous avec des bandes réfléchissantes, des catadioptres et des lampes. Et si vous vous faites écraser, ce sera bien de votre faute. Et encore pire si vous ne portez pas de casque, hein.»

Les catadioptres et les lampes de nuit, c’est comme la peinture jaune des bandes cyclables en plein jour. Tant que les plus dangereux s’en moquent, ça ne sert à pas grand chose. Ce qui tue, ce n’est pas la route, pas la voiture, mais le mec (ou la bonne femme) au volant qui ne voit pas clair, ou qui s’en fiche.