Que ce soit clair d’entrée, je suis ici chez moi, je teste des trucs que j’ai achetés (dans le cas contraire je le mentionne, même si je ne suis pas à vendre), j’en parle si j’en ai envie et ça intéresse qui ça intéresse. Premier « disclaimer ». Second « disclaimer »: oui, mon épouse vend des vélo électriques Stromer, à l’enseigne de Stromercenter.ch, à Sierre. Je suis donc assez directement intéressé à cette marque et à ce qui peut s’en dire.

J’ai ainsi trouvé assez, comment dire, « petit » le procès fait à Stromer dans l’émission A Bon Entendeur du mardi 29 avril 2014. On y parle de vélos électriques et des pannes qui peuvent survenir. Pour illustrer le propos: deux témoignages de clients malheureux avec des Stromer V1 (les premiers modèles, dont une série a effectivement été victime de pannes). Des clients qui ont bénéficié d’un vélo de remplacement pendant les réparations sous garantie.

ABE-stromer

La RTS ne recule devant aucun gros plan sur le nom de la marque et insiste sur les témoignages. Le message est clair: à ce prix (dès 4’000.-, ce qui est une somme importante pour un vélo, un peu moins si l’on songe qu’il remplace aisément une voiture dans certains cas) les pannes sont interdites. J’aimerais bien entendre le même discours pour les bagnoles à 50’000.- (vu l’importance des annonces publicitaires dans ce domaine, la RTS ne risque pas trop de s’avancer sur ce terrain miné). L’émission précise bien que Stromer n’est pas la seule marque touchée par des pannes. Précisions en quelques secondes après des minutes d’images de Stromer, un dédouanement vite fait, mal fait.

Mais bref, le problème n’est pas là. On peut souligner les problèmes, critiquer, relativiser un discours marketing. OK. Mais après, on fait aussi son boulot, le journalisme de « porte-voix » et de témoignage a des limites. On pouvait donc se réjouir du test de vélos qui allait suivre. Car les pannes ont touché les Stromer V1 (les premiers modèles, rappel…) Depuis, la marque suisse a mis sur le marché un nouveau modèle le ST1 (sans les quelques souci de son prédécesseur) et, au printemps, le ST2, plus cher, mais aussi plus puissant, endurant et connecté.

Le Stromer ST1, pas testé par votre télé.

Le Stromer ST1, pas testé par votre télé.

Mais non, il n’y aura pas de test de Stromer dans l’émission de « notre » télévision. Rien, nada, que dalle. Pour dégommer, on peut citer la marque, mais quand il s’agit de l’essayer, elle n’existe même plus. Drôle de procédé pour une télévision pour laquelle je suis obligé de payer, même si j’ai toujours moins envie de la regarder.

Et si vous voulez faire le job que la RTS ne fait pas et essayer un vélo, ne vous gênez pas… 😉

Et d’autres que la RTS ont essayé le nouvel ST2